Quelles solutions pour combattre et se débarrasser des moustiques ?

À chaque retour de la chaleur, les moustiques prolifèrent et rendent la vie difficile. Ils constituent un véritable fléau pour l’homme. En plus de piquer, ils produisent aussi un bruit des plus énervants qui peut empêcher de dormir. Heureusement qu’il existe des solutions pour se débarrasser de ces insectes et profiter de son extérieur de manière optimale. On vous dit tout.

Se munir d’une raquette anti-moustique

raquette à insectes
Raquette à insectes


Encore appelée « tue mouche électrique », la raquette anti moustique est la meilleure alternative pour se débarrasser efficacement des moustiques. Il s’agit d’une arme efficace qui élimine ces vilaines bestioles par un simple contact. L’appareil est doté d’un condensateur qui emmagasine du courant électrique.

Lorsque vous appuyez sur l’interrupteur qui se trouve sur le manche, vous activez la grille qui libère une décharge électrique. Le courant passe par la grille métallique et vous permet de « smasher » le moustique en vol, d’un coup droit ou d’un revers. Une le moustique électrocuté, il tombe alors au sol, littéralement grillé.

Très simple à utiliser, la raquette anti moustique est une solution anti moustique non toxique, non nocive, technologique et non salissante. Vous n’aurez qu’à faire le tour de l’endroit où vous voulez vous installer avec cette arme redoutable pour passer des moments agréables. De plus, il s’agit d’une solution polyvalente.

En effet, la raquette à moustiques peut éliminer d’autres insectes volants nuisibles tels que mouches, moucherons ou guêpes. Selon le modèle choisi (modèles compacts ou pliables), cet équipement peut s’emmener partout. Certains modèles ont une autonomie de 1 mois.

Installer des pièges à moustiques

Le piège à moustique est un équipement qui fonctionne avec un ventilateur associé à des courants d’air chaud pour dessécher et éliminer les moustiques. Grâce à son mode de fonctionnement, vous avez la certitude de vous débarrasser de dizaines d’insectes chaque jour en les aspirant et en les faisant disparaître.

Cette solution sans produit chimique et très efficace protège non seulement des moustiques, mais également d’autres insectes comme le poisson d’argent. Avec les pièges à moustiques ! Fini les piqûres de moustiques responsables des maladies comme le paludisme. Vous pourrez ainsi apprécier de nouveau la beauté de votre jardin ou de votre intérieur.

Pour info, il est important de placer ces pièges à des endroits stratégiques pour venir à bout de tous les moustiques qui prolifèrent votre habitation.

Adopter des huiles essentielles pour lutter contre les moustiques

anti moustique aux huiles essentielles
anti moustique aux huiles essentielles



Les huiles essentielles constituent également une technique très appréciée pour se débarrasser des nuisibles. Vous pouvez opter par exemple pour :

  • L’huile essentielle de géranium ;
  • L’huile essentielle de citronnelle ;
  • L’huile essentielle d’eucalyptus.

Il faut dire que ces huiles essentielles suscitées possèdent des actions répulsives contre les moustiques. Si leur parfum est très agréable à respirer pour les hommes, il ne l’est pas pour les moustiques. Elles ont également des propriétés anti-inflammatoires qui protègent contre les piqûres de ces insectes.

N’hésitez pas à adopter des insecticides naturels pour la tranquillité de votre famille.

Utiliser les spirales et les sticks anti-moustique

Les spirales et les sticks anti-moustique sont des solutions parfaites qui vous permettront de jouer avec vos enfants dans le jardin ou simplement de lire en étant bien protégé des moustiques. Ces dispositifs diffusent du pyréthrinoïde à basse toxicité et vous offrent plusieurs heures de sérénité. Soyez sans crainte ! Le produit dégagé est sans risque pour les enfants et les animaux de compagnie.

Pour une meilleure efficacité des spirales et sticks, évitez de les diffuser dans des zones humides et des endroits où de l’eau stagnante est présente. Évitez également les points où les moustiques peuvent se protéger de l’action du produit.

La fin du réchauffement climatique? Les armes pour enrayer le phénomène

Les gouvernements du monde entier sont en train de déployer une batterie d’instruments pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et lutter contre le réchauffement climatique. Ces mesures, telles que le protocole de Kyoto, le marché européen des quotas d’émission (EU ETS) ou la taxe carbone américaine, sont censées réduire la pollution atmosphérique et redonner un souffle au climat.

principe de la géo-ingénierie
principe de la géo-ingénierie

Pourtant, les scientifiques du monde entier s’accordent à dire que ces mesures ne suffiront pas. Il faudrait des technologies plus efficaces pour lutter contre le réchauffement climatique. Parmi celles-ci, on trouve les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et les biocarburants. Mais l’une d’entre elles, l’énergie nucléaire, fait elle aussi partie des solutions potentielles.

La géo-ingénierie est un outil de paix

La géo-ingénierie est une technologie visant à modifier le climat afin de réduire l’effet de serre. Elle est parfois aussi appelée « climatisation planétaire » ou « refroidissement terrestre », ou encore « technique du géo-ingénieur ». La géo-ingénierie n’est pas une nouvelle science. C’est un ensemble d’innovations technologiques qui ont déjà été utilisées, afin de répondre à certains besoins de l’humanité.

Les technologies de géo-ingénierie sont étudiées par des entreprises privées et des scientifiques indépendants. Ils ont pour but de réduire la quantité de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Diverses méthodes ont été proposées depuis plus d’une décennie. Parmis elles nous notons:

  • le refroidissement des océans pour produire de la glace
  • l’ajout d’une fine couche anti-UV sur la Terre
  • l’utilisation d’un brouillard artificiel pour bloquer la chaleur solaire.

L’idée qui prévaut actuellement est d’utiliser les technologies de géo-ingénierie pour combattre le réchauffement climatique. Tout cela en éliminant le dioxyde de carbone de l’atmosphère.

Cependant, ces technologies comportent des risques, et leurs effets sur l’environnement et sur la société ne sont pas encore connus.

Les inconvénients d’une telle technologie pour lutter contre le réchauffement climatique

Les risques liés aux technologies de géo-ingénierie ont été soulignés par les gouvernements du monde entier, lors de la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP15) à Copenhague en décembre 2009. De nombreuses organisations internationales ont proposé un moratoire international sur les technologies de géo-ingénierie dans l’atmosphère et les océans.

En décembre 2009, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) a également recommandé d’étudier la possibilité d’utiliser les technologies de géo-ingénierie pour lutter contre le réchauffement en cas de risques de l’inaction.

Mais le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a également prévenu que les technologies de géo-ingénierie ne devraient pas servir à remplacer des mesures d’atténuation significatives des émissions de gaz à effet de serre.

Les gouvernements qui favorisent l’utilisation de technologies de géo-ingénierie pour combattre le changement climatique devraient aussi s’assurer que ces interventions causent le moins de dommages possibles pour l’environnement.

Les efforts de la communauté internationale pour lutter contre le réchauffement climatique se concentrent sur une chose. L’adoption d’une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Bien que les technologies de géo-ingénierie aient été initialement considérées comme un moyen de remplacer des mesures d’atténuation significatives des émissions, il est aujourd’hui clair que ce n’est pas le cas.

En effet, les technologies de géo-ingénierie ne devraient être utilisées que comme une dernière option. Uniquement dans le cas où les efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre seraient insuffisants.

Comment les villes vélo-compatibilité deviendront toutes vertes

Un nombre croissant de villes dans le monde se tournent vers la vélocité comme moyen efficace d’améliorer l’expérience de la mobilité urbaine. Le concept est simple : le cyclisme est bon pour l’environnement, bon pour les finances et bon pour les habitants. Mais que se passe-t-il lorsque les villes d’aujourd’hui deviennent les villes du cycliste de demain? Les politiques de transport urbain vont-elles supporter la vélocité?

Cyclistes en pleine ville
Cyclistes en pleine ville

Nous avons demandé à l’architecte et urbaniste Samira Tawfik, qui travaille au bureau d’études Urbanautica, de nous décrire le futur de la ville adaptée aux cyclistes. Voici ce qu’elle a répondu:

“Pour bien comprendre le futur des villes vélo-compatibles, il faut d’abord regarder en arrière. Il y a seulement quelques décennies, les villes ne répondaient à aucune norme. On construisait où il fallait et on allait là où on devait. Les voitures roulaient dans les rues, et les piétons marchaient dans les rues, tous en même temps. C’était la jungle urbaine, avec une piste cyclable ici et là.

Mais en fait, des villes ont commencé à changer. Les gens avaient besoin de plus d’espace pour circuler, et les vélos ont été relégués aux trottoirs. Peu à peu, la plupart des villes ont adopté une politique d’aménagement qui permettrait aux vélos et aux voitures de coexister. Les voies cyclables sont devenues plus larges pour accueillir les cycles, et les règles de circulation pour les piétons se sont assouplies. Les vélos ne sont pas entièrement exclus de la circulation maintenant, mais ils doivent rester sur les voies cyclables ou sur le trottoir.

1. Les villes vélo-compatibilité

Ces villes sont celles qui ont continué à évoluer depuis. Les rues sont toujours réservées aux véhicules, mais il est devenu plus facile pour les cyclistes de ne pas utiliser les voies cyclables et de circuler en toute sécurité, sur la route.

En fait, les villes vélo-compatibles ont commencé à apparaître lorsque la technologie a rendu possible une nouvelle manière de se déplacer. Un nouveau type de vélo a été créé:

2. Les avantages des vélos

Les vélos urbains ont un certain nombre d’avantages. Ils ne polluent pas et ne font pas de bruit. Leur utilisation est écologiquement responsable. Leur utilisation est bonne pour la santé, car ils permettent à ceux qui les utilisent de se maintenir en forme. Les vélos urbains peuvent réduire le nombre de voitures sur les routes et ainsi aider à réduire les embouteillages. Ils peuvent aussi être des moyens d’améliorer la qualité de vie dans les villes.

Les vélo ont su s’adapter aux besoins de tous. L’apparition des vélo cargo porteurs par exemple est significatif.

Ils répondent aux besoins des professionnels de la messagerie mais aussi des familles.

Pratiquer le vélo pour se déplacer est économique. On en prend conscience encore plus aujourd’hui avec le prix du carburant qui augmente. Le pouvoir d’achat est la préoccupation principale des français.

3. Les défis à relever

Les vélos urbains ont des défis à relever. Ils doivent être accessibles pour tous les types de personnes. Différents types de vélos doivent être disponibles pour répondre aux besoins de différents groupes de la population. Des pistes cyclables sécuritaires devraient être développées et aménagées. Elles devraient être en bon état afin qu’elles puissent être utilisés par tous les utilisateurs de vélos, qu’ils soient d’un niveau social élevé ou faible. Des itinéraires cyclables sécuritaires devraient être créés dans les quartiers résidentiels et dans les zones commerciales. Les vélos urbains ont aussi besoin de plus d’aménagements pour la sécurité et le confort. Ils ont besoin de piste à grande vitesse, de feux de signalisation adaptés à eux, de trottoirs plus sûrs pour qu’ils puissent se déplacer en toute sécurité, d’espaces de stationnement.

4. Comment encourager les villes à devenir vélo-compatibles?

Il y a plusieurs façons pour les villes de devenir vélo-compatibles. Les politiques municipales peuvent encourager le transport actif et encourager les habitants à utiliser les vélos à l’aide d’incitatifs (ex: crédits d’impôts, abattement fiscaux, subventions, etc.). Les villes peuvent aussi utiliser les ressources publiques pour construire des infrastructures cyclables à un coût abordable afin que tous les types de personnes puissent en profiter. Les villes peuvent aussi encourager le transport actif dans les écoles et d’autres endroits où les jeunes sont les plus vulnérables. Cela peut être fait en remplaçant l’activité physique de faible intensité par des activités sportives, en mettant en place des programmes d’éducation physique, et en utilisant des moyens d’information afin que les jeunes sachent qu’utiliser un vélo pour se rendre à l’école est une option viable.

5. Les solutions proposées par les villes peuvent-elles être appliquées partout?

Non. Les solutions proposées par les villes peuvent varier d’une ville à l’autre. Cela dépend de la croissance de la ville, du nombre de cyclistes, et des habitudes des habitants. Cependant, les moyens d’encourager le transport actif doivent toujours être mis en place selon les besoins de la population locale et en fonction des ressources disponibles.

Le composteur de déchet, nouvel outil au service des éco-citoyens

D’après le rapport annuel de l’Agence française de l’environnement et du développement durable, la France produit chaque année en moyenne 2 800 kilos de déchets par an et par habitant. Le composteur permet d’intervenir sur ce point particulier en recyclant les déchets organiques. Il est ainsi, à travers l’utilisation d’un récipient et d’un système pour l’imprégner, un outil qui permet de diminuer les quantités de déchets.

un composteur dans le jardin
Composteur

Le compostage est une opération naturelle qui permet de transformer les déchets en matière fertilisante. Cette dernière est utilisée pour fertiliser les sols et ainsi réduire leur consommation d’engrais chimiques. Le compostage doit donc être pratiqué à proximité des cultures, souvent sur un terrain cultivé.

Le compostage est une technique de valorisation des déchets organiques. Il permet de transformer des déchets qui ne sont pas valorisables en un engrais de qualité qui vient alimenter les terres.

1. Le composteur de déchet

Le composteur de déchet est un système d’aménagement, équipé d’un récipient, dans lequel sont mis les déchets organiques. Ce récipient est ensuite imprégné de matière végétale et de micromolécules d’eau afin de former la composte. Les déchets organiques : feuilles mortes, déchets de cuisine, restes de fruits et légumes, tout type de déchets verts, vont se décomposer progressivement grâce à la présence d’eau et de microbes.

La décomposition est un processus naturel qui permet de transformer l’aliment en éléments nutritifs assimilables par les plantes. La composition du compost est donc constituée de déchets organiques transformés en engrais organique.

Achetez du lombricompost afin de favoriser la décomposition et l’aération des déchets.

Le bac à compost

Le bac à compost est un système d’aménagement composé d’un récipient muni d’une trappe et d’un couvercle. Le récipient et le couvercle sont fabriqués en matériaux non toxiques, non inflammables et résistants aux insectes . Le récipient peut être de différentes tailles et de différents types : en plastique, en métal ou en bambou.

Le matériel à compost utilisé dans ce type d’installation est constitué de déchets organiques, d’engrais et de matière végétale. La composition du bac à compost est donc constituée de déchets organiques transformés en engrais organique.

2. Un outil au service de la planète

Le compostage des déchets organiques permet de réduire la quantité de déchets qui sont éliminés et de diminuer l’utilisation d’engrais chimiques. D’après le Ministère de l’Écologie, l’agriculture biologique, conjuguée au compostage, permettrait de réduire de 20% à 40% les émissions de gaz à effet de serre en 2020 par rapport à 1990.

Le compostage est également un moyen d’économiser l’eau et les engrais utilisés dans l’agriculture conventionnelle.

Cette manipulation des déchets organiques permet également de réduire les problèmes de pollution liés à l’élimination des ordures ménagères. De plus, le compostage est un moyen permettant de valoriser les déchets organiques pour en faire des engrais agricoles.

3. Le compost comme outil de jardinage

Le composte pour le jardinage
Le composte pour le jardinage

Le jardinier peut produire lui-même son compost dans son jardin ou dans sa cour. Il peut également acheter du compost en vrac, produit par des entreprises spécialisées dans la gestion des déchets organiques. Le compost peut être acheté à l’unité ou commandé en grandes quantités selon les besoins de l’utilisateur.

4. Utiliser le compost pour les plantes

Le compost est un moyen efficace pour améliorer la terre du jardin et favoriser la pousse des plantes. Le compost se compose de fragments de terre, d’eau et de déchets organiques. Il permet donc d’améliorer la structure du sol et d’enrichir les sols en éléments nutritifs.

Le compost est un engrais de type léger qui est facilement assimilé par les plantes. Il permet ainsi d’améliorer le taux de pousse des plantes sans augmenter les besoins en eau tout en limitant les problèmes liés à l’emploi d’engrais chimiques.

5. Le composteur fabrique du fertilisant

Le compost peut être utilisé comme fertilisant bio dans les jardins. Il peut être utilisé à l’intérieur, avec les fleurs et les plantes, mais également à l’extérieur dans le jardin pour enrichir la terre et favoriser la pousse des plantes.

Le compost est un engrais de type léger qui va permettre d’améliorer le taux de pousse des plantes en limitant les problèmes liés à l’engrais chimique. Il permet ainsi d’augmenter le rendement des plantes sans augmenter les besoins en eau.

AGIIR, un outil de reconnaissance et de lutte contre les insectes ravageurs

les chenilles ravagent les cultures
Chenille qui dévore une feuille

La lutte contre les insectes ravageurs est toujours une préoccupation majeure dans l’agriculture. Les chercheurs ont mis au points une solution technologique appelée AGIIR. Une solution neutre écologiquement contrairement à celles connues jusqu’à présent.

Les Agriculteurs utilisent les insecticides pour éliminer ces nuisibles. Mais ils posent de nombreux problèmes, notamment environnementaux.

En effet, les insecticides sont souvent toxiques pour l’homme et pour l’environnement. Dans le domaine de l’agriculture, on utilise souvent les insecticides pour éliminer les insectes ravageurs.

Cependant, ils posent de nombreux problèmes, notamment environnementaux. Il est aussi difficile d’identifier la cause de la mort d’un animal dans des cas précis.

Qu’est ce que AGIIR?

Grâce à un système d’identification automatique, c’est-à-dire une caméra ultrasensible et à un algorithme de reconnaissance appliqués à l’image vidéo, des chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de l’Institut de recherche en informatique et en automatique (Inria) ont développé un outil de reconnaissance des insectes ravageurs, capable d’identifier avec une grande précision les adultes à partir d’une vidéo.

Cet outil a été conçu pour être utilisé dans les fermes afin de permettre aux agriculteurs de mieux lutter contre les insectes ravageurs.

Il pourrait également être utilisé dans le cadre de recherches sur les insectes ravageurs et leurs environnements.

Dans quel but utiliser cet outil?

Les chercheurs ont utilisé le système d’identification pour identifier des adultes d’un papillon ravageur :

  • la tordeuse du chardon (Choristoneura fumiferana).

Le système d’identification est capable de distinguer les différentes espèces de papillons ravageurs, ainsi que les différentes périodes de vie.

Il peut donc, en plus de gérer la reconnaissance des insectes ravageurs, identifier la maturité des plantes et leur stade de développement.

Comment fonctionne AGIIR?

Ce système d’identification s’appuie sur la technologie de l’apprentissage automatique (machine learning).

L’étape initiale consiste à collecter des données : des images d’insectes ravageurs prises par des caméras de surveillance et des images de plantes prises par des appareils photo.

L’algorithme développé par les chercheurs du CNRS et de l’Université de Montréal (Québec) permet d’identifier des images de papillons ravageurs à partir des données capturées par les caméras de surveillance.

Au cours de la phase suivante, les chercheurs ont utilisé les images prises par les appareils photos pour identifier les différents stades du développement des plantes.

L’outil obtient des résultats comparables à ceux obtenus par des experts humains. Cette étude de cas illustre l’utilisation d’un algorithme d’apprentissage pour le diagnostic des plantes.

Cet algorithme permet de repérer automatiquement les insectes ravageurs sur les images prises par les caméras de surveillance. L’identification d’un insecte ravageur contribue à un diagnostic précis de l’état de santé des plantes.

L’algorithme d’apprentissage automatique a permis aux chercheurs de développer une méthode d’identification des différents stades de développement des plantes.

Il peut ainsi être utilisé pour identifier les différents stades du développement des plantes et ainsi permettre une aide à la décision de lutte anti-pucerons.

Quels sont les résultats d’AGIIR?

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont utilisé des images prises par les caméras de surveillance, équipées de capteurs d’images thermiques infrarouges (CCD) ou couleur (CMOS). Nous utilisons dans un premier temps, les images thermiques infrarouges pour repérer les insectes.

Ensuite, les chercheurs utilisent les images couleur pour identifier les pucerons dans les images thermiques infrarouges.

« Les résultats obtenus montrent que l’analyse des images couleur permet une identification automatique des pucerons sur des images thermiques infrarouges », ont-ils déclaré.

L’étude montre la capacité de l’algorithme à repérer automatiquement les insectes ravageurs sur des images thermiques infrarouges.

Elle a aussi démontré la capacité de l’algorithme à identifier automatiquement une plante au moyen d’images couleur.

Nos résultats montrent que les images thermiques infrarouges sont un outil très prometteur pour une identification automatique des insectes ravageurs sur les cultures de maïs, de soja et de blé.

Nous devrions améliorer cette technique afin d’être utilisée de manière prévisionnelle pour un suivi du développement des insectes ravageurs.

Yves Tarte

les néo-ruraux, cette classe sociale en pleine expansion

La société française connait actuellement des bouleversements sans précédents avec le phénomène des néo ruraux.

Bien que la population rurale diminue d’année en année, il existe de nombreuses communes rurales en France où la population augmente, où les gens achètent et construisent de nouvelles maisons et changent de vie.

âysage rural
la vie à la campagne

1. Qui sont les néo-ruraux?

Le néo-rural est un terme qui désigne une personne qui a déménagé et vit désormais à la campagne, mais dans une communauté urbaine. Les néo-ruraux ont tendance à être des personnes qui ont un revenu modeste ou intermédiaire et qui ont au moins un enfant à charge. Ce sont des personnes qui ont dû déménager par nécessité (emploi, prix de l’immobilier urbain, etc.) ou par choix, car ils craignent une pollution croissante et l’appauvrissement des ressources naturelles.

Les néo-ruraux sont de deux types:

Les néo-ruraux par choix

Il s’agit de personnes qui ont décidé de vivre à la campagne pour échapper aux problèmes de la ville. Ces personnes a iment la nature et veulent vivre dans un milieu sain. Elles ont tendance à prendre leur retraite ou à faire une pause dans leurs études supérieures en vivant dans la campagne.

Les néo-ruraux par nécessité

Ceux-ci sont des personnes qui ont été contraints de déménager à la campagne à cause de la hausse des prix de l’immobilier urbain. Ils gagnent un revenu modeste et doivent donc vivre dans une maison moins coûteuse, plus petite et moins confortable. En outre, ils sont souvent obligés de prendre leur retraite à la campagne pour des raisons financières.

2. Les raisons de l’attrait pour le néo-rural

Il y a plusieurs raisons qui poussent de nombreuses personnes à déménager à la campagne.

Les tarifs de l’immobilier

Le prix de l’immobilier est très élevé dans les grandes villes et les prix ne cessent d’augmenter depuis des décennies. De plus, l’immobilier dans les grandes villes ne cesse d’augmenter les coûts de logement.

Les résidents de la ville ont donc de plus en plus de mal à acheter une maison et les locataires doivent payer des loyers très élevés.

Il y a beaucoup de problèmes de la ville.

Les gens qui déménagent à la campagne ne veulent pas s’occuper des problèmes urbains. Les problèmes urbains comme l’insécurité, le bruit, lapollution, les embouteillages, la pollution de l’air, la pauvreté et le manque de services sont très lassants.

Les sentiments de pression et d’insécurité

Parmi ces problèmes urbains, l’insécurité est une des préoccupations principales des résidents de la ville. Les gens qui habitent dans la ville ont toujours peur d’être attaqués par des criminels. Dans les grandes villes, il y a beaucoup de crimes violents tels que le vol à main armée, les vols de voitures, les agressions et les meurtres (des crimes violents). Les gens de la ville aiment s’installer dans les zones rurales pour se sentir en sécurité.

L’aspect économique

La plupart des résidents urbains ont besoin d’un logement bon marché, car ils ne peuvent pas payer une grande maison dans la ville. Les personnes qui veulent acheter un gros appartement doivent payer des loyers très élevés.

De plus, les loyers ne cessent d’augmenter chaque année. Les gens qui déménagent à la campagne ne veulent pas payer des loyers.

La raison principale pour laquelle les gens quittent les villes est d’obtenir un logement bon marché. Les résidents urbains veulent vivre dans les villes à cause de l’emploi et de la culture.

Les prix des maisons à la campagne sont moins coûteux et les gens peuvent avoir de petites maisons. Les citadins peuvent aussi avoir une grande famille et ils peuvent donner à leurs enfants un bon enseignement.

Les habitants dans les grandes villes trouvent des emplois facilement. Les gens qui travaillent dans les grandes villes peuvent vivre dans de grandes maisons et avoir beaucoup d’argent.

Les néo ruraux recherchent un confort de vie

Les résidents urbains sont attirés par les centres commerciaux, les théâtres et les parcs. Ils peuvent avoir des divertissements gratuits dans la ville.

Les gens préfèrent vivre dans les grandes villes, car ils peuvent trouver un emploi plus facilement et ils peuvent se divertir en étant à la ville.

Par contre, les personnes qui aiment le calme vont habiter dans les zones rurales. Les gens de la campagne n’ont pas besoin de beaucoup d’argent pour vivre.

Ils peuvent aussi vivre plus près de la nature et faire du bricolage. Ils peuvent avoir des activités gratuites comme le jardinage, la pêche et la marche. Les gens qui habitent dans des petits villages ont l’habitude de se connaître tous.

Ils ont aussi l’habitude de se rendre visite et de se parler. Les gens qui habitent dans les grandes villes ne sont pas habitués à connaître les autres.

3. Où vivent les néo ruraux?

Les néo-ruraux sont des citadins qui s’installent dans les campagnes avec leurs enfants, lorsque leurs enfants ont entre 18 et 35 ans.

Le néo rural ne fait pas partie des « rurbanisés » de plus de 35 ans qui sont retournés à la campagne, mais plutôt un « rurbain » qui, après avoir vécu dans les villes, s’est installé dans des campagnes.

Ces néo ruraux essaient de vivre une vie plus simple et plus saine, sans pour autant être dans la misère. Ils peuvent être de toutes les classes sociales. Ils sont souvent des cadres, des ingénieurs, des artistes, des enseignants ou des médecins.

Les néo ruraux ne restent pas toujours à la campagne. Ils reviennent parfois à la ville pour se rapprocher du travail ou pour se rapprocher d’amis, ou encore pour des raisons familiales.

Définir le village des néo ruraux

En France, la plupart des villages sont des municipalités. Un village est un lieu de travail et de vie qui fait partie d’une municipalité. Un village peut être un lieu dit dans une grande municipalité ou même un quartier dans une ville.

Les villages sont difficiles à définir parce que leurs limites varient selon l’endroit où l’on est en France. Par exemple, à l’intérieur d’une municipalité, un village peut être défini comme un lieu où il y a une école primaire et des commerces.

Ou encore, un village peut être défini par la présence d’un marché hebdomadaire, le fait qu’il y ait un maire ou une église ou encore que les habitants soient considérés comme des habitants du village.

Les villages sont des lieux difficiles pour les jeunes actifs qui cherchent un emploi. Les jeunes actifs qui cherchent un emploi sont nombreux à vouloir quitter la campagne et à vouloir aller dans des villes où il y a plus de possibilités d’emploi.

Parfois, les villages sont associés aux problèmes de chômage, de délinquance et de précarité. Les villages peuvent aussi être un lieu pour une vie plus simple. Pour certains, ils représentent une communauté solidaire et soudée.

4. Une vie plus en accord avec ses valeurs pour les néo ruraux

cultiver pour soit
cultiver

On a l’impression que les néo-ruraux sont de plus en plus nombreux et avec le temps ils deviennent même plus présents dans les médias.

Pour quelles raisons les néo ruraux se développent?

Les métropoles françaises se transforment. Le taux d’urbanisation se stabilise et la population tend à s’agglomérer dans des zones où il fait bon vivre.

Les villes deviennent également de plus en plus chères. C’est peut-être pour cette raison que les villes deviennent moins attractives que les villages.

Un phénomène de néo-ruralisation est en marche. Les métropoles ne sont plus aussi attrayantes qu’auparavant.

La vie en ville est devenue très difficile pour certains. Pour d’autres, les villes ne sont plus aussi attractives qu’auparavant. Les contraintes liées à la vie en ville deviennent trop importantes, et les néo-ruraux veulent se rapprocher de leurs racines.

Les néo-ruraux sont de plus en plus nombreux en France. Ils veulent mettre un terme à la routine de la vie citadine et se rapprocher de leurs racines.

Mais ce phénomène ne se limite pas qu’à la France. En Allemagne, en Grande-Bretagne, en Espagne ou encore aux Etats-Unis, ils sont également nombreux à vouloir se rapprocher des campagnes et du « grand-air ».

Comment cela se passe dans les autres pays?

Toutefois, le phénomène de néo-ruralisation n’est pas le même en France qu’en Espagne ou en Allemagne. En effet, la France est une démocratie.

Le régime politique français est multipartite et les élections ont lieu tous les cinq ans. C’est ainsi que l’écart entre les électeurs et les élus augmente.

Pourtant, des mesures pour faciliter le retour à la vie rurale sont prises par les pouvoirs publics.

Un exemple récent fut la loi sur la transition énergétique adoptée en 2015 par le gouvernement français.

Cette loi encourage les personnes souhaitant s’installer dans une maison individuelle à l’écart de toute activité humaine, ceci afin de diminuer les gaz à effet de serre.

La néo-ruralisation chez nos voisins Européens

Les personnes qui décident de vivre à la campagne sont plus nombreuses en Allemagne et en Espagne.

En Allemagne, la population rurale a augmenté de 1,5% entre 2010 et 2015. Cette augmentation s’explique par la demande de la part des jeunes de vivre dans un environnement plus calme et plus proche de la nature.

En Espagne, le taux d’urbanisation a diminué ces vingt dernières années, passant de 88% en 2005 à 85% en 2016. Cette baisse est corrélée à l’augmentation du nombre de personnes qui souhaitent vivre en milieu rural.

Cette tendance est particulièrement marquée dans la région de La Rioja. L’explication est à chercher dans la volonté des jeunes d’aller à la campagne et dans le fait que les ruraux sont plus nombreux à obtenir un diplôme universitaire.

Que recherchent les néo ruraux?

À la recherche de la campagne, les néo-ruraux cherchent des maisons au cœur de l’environnement naturel.

La majorité d’entre eux rêvent d’une maison composée d’une cuisine ouverte sur le salon et donnant sur une véranda. Les propriétaires dans ce cas ont tendance à racheter des maisons existantes plutôt que de construire à la campagne.

La recherche d’un environnement calme est une des motivations principales des ruraux qui choisissent de vivre dans un milieu rural. Le deuxième critère le plus important est l’air pur. Les ruraux souhaitent également que leur maison soit isolée du bruit et qu’elle soit facile d’accès.

Ces nouveaux ruraux sont motivés par la volonté de vivre dans un lieu plus proche de la nature. La majorité préfère une maison en bois plutôt qu’en béton.

Le choix du mode de vie rural

La population rurale diminue depuis des décennies.

Ce phénomène s’explique en partie par la volonté des jeunes de rester dans les villes à cause de la diversité des possibilités qui s’y présentent et de l’ambiance festive. Les « néo-ruraux » rêvent de s’installer en campagne et d’avoir une maison bioclimatique avec une façade en bois. Ces nouveaux ruraux veulent une maison qui soit conforme à leur mode de vie.

Les néo ruraux aspirent à l’autonomie et à cultiver pour eux même. Dans ce but ils apprennent des nouvelles compétences ou des nouveaux métiers issus de la terre.

Qu’elles sont les répercutions autour des néo ruraux?

Des programmes de construction de maisons bioclimatiques

Maison autonome durable

Le gouvernement du Quebec s’est intéressé à la construction de maisons bioclimatiques, car il a compris que la réduction des émissions de gaz à effet de serre en milieu rural pouvait être facilitée par la construction de maisons avec des éléments bioclimatiques ou en matériaux naturels.

Pour répondre aux besoins de sa clientèle, le constructeur Cascina delle Rose a créé 2 programmes de maisons bioclimatiques :

Le programme Bioclimatico « associa » des éléments bioclimatiques et des matériaux naturels pour construire une maison qui soit conforme à l’ambiance et aux conditions climatiques locales. De plus, cette maison utilise les énergies renouvelables (solaire pour l’eau chaude sanitaire, panneaux photovoltaïques).

Le programme Bioclimatico « solare » utilise exclusivement des matériaux naturels et des éléments bioclimatiques pour construire une maison qui permet d’optimiser le confort et la performance énergétique. De plus, cette maison utilise les énergies renouvelables (solaire pour l’eau chaude sanitaire, panneaux photovoltaïques).

Conclusion

Que ce soit pour un choix de vie ou par nécessité, cette tendance a des répercutions inattendu sur le développement ou plutôt le redéveloppement de nos campagnes.

La bioluminescence : la lumière naturelle qui pourrait éclairer le monde

exemple d'insectes bioluminescents
Bioluminescence des insectes

La lumière est devenue un besoin fondamental de l’humanité. Dans de nombreux pays, elle est désormais le plus grand poste de dépense d’énergie. La bioluminescence, cependant, pourrait révolutionner la façon dont nous utilisons et consommons la lumière.

Les poissons, les plantes et certaines algues en sont les principaux producteurs, mais des chercheurs de l’université de Princeton, aux Etats-Unis, ont réussi à les reproduire artificiellement et à les produire en masse.

Cette découverte serait à même de révolutionner la production d’énergie, et pourrait même servir à éclairer nos villes.

L’utilisation de la bioluminescence artificielle n’est pas nouvelle. On l’emploie pour les besoins de la recherche et de l’industrie pharmaceutique.

Mais cette jeune équipe de chercheurs a pu comprendre comment la bioluminescence fonctionne et s’est ensuite servie de cette connaissance pour la reproduire et la contrôler. Si leur découverte n’a pas encore été couronnée de succès, elle a l’avantage d’être réalisable à grande échelle.

L’équipe de l’université a réussi à produire une molécule luminescente capable de briller dans l’obscurité. L’idée est encore au stade de la recherche, mais la nouvelle molécule pourrait bien être utilisée en éclairage intérieur.

Les chercheurs ont déjà obtenu des résultats encourageants, et espèrent pouvoir industrialiser le processus d’ici trois ans. D’ici là, ils vont tenter d’en améliorer la durée de vie et la luminosité.

Des opportunités à saisir

L’idée a été lancée par le professeur Michael Strano et ses étudiants, qui ont étudié la bioluminescence durant près de quatre ans. Ils ont ensuite fondé une société, à l’origine du développement de cette molécule.

La technologie a été brevetée et les chercheurs espèrent être en mesure d’utiliser le processus dans les prochaines années.

L’idée est de produire des luminophores (les molécules lumineuses) de façon à déclencher la luminescence à volonté.

Ce procédé ne demande pas de lumière externe une fois le processus enclenché.

En revanche, les chercheurs ne savent pas encore à quel point la luminophore va être durable. Ils espèrent pouvoir développer une molécule capable de briller durant plus d’un an sans drainer les batteries.

Toutefois, l’utilisation de cette technologie pourrait bien être très rentable, notamment pour l’industrie du transport. Même si la luminophore n’est pas encore au point, elle est déjà capable de se mettre en marche en quelques heures seulement.

autre exemple d'insecte

Une technologie prometteuse

Les débats sur l’énergie verte et le changement climatique existent depuis plusieurs années. Il est temps de passer à l’action et de trouver des alternatives aux technologies polluantes d’aujourd’hui.

La luminophore pourrait bien être un outil précieux et à utiliser davantage. Elle permettrait aussi de réduire la consommation en énergie, ce qui serait un gage de sécurité pour notre planète.

Conclusion

La bioluminescence un exemple de plus du biomimétisme ou la technologie de recopier le meilleur de la nature dans le but d’aider l’être humain tout en respectant son environnement.

9 solutions naturelles anti-insectes pour protéger votre maison

La chaleur estivale est la période la plus propice aux insectes. Les moustiques, les mouches et les fourmis envahissent alors votre maison. Nous vivons dans un monde de fabriques chimiques, mais vous pouvez éviter de les utiliser en employant ces 9 solutions anti-insectes naturelles pour protéger votre maison. Mais s’il y a une chose que vous devez savoir avant de commencer, c’est que ces solutions ne dureront pas éternellement. Le temps et les saisons varient, alors vous devez faire face aux mêmes problèmes tous les ans.

invasion de fourmis
votre cuisine envahi par des fourmis

L’insecte le plus désagréable à la maison

Les fourmis sont des insectes nocturnes et veulent seulement de la nourriture. Elles n’attaqueront pas les gens. La plupart des attaques d’insectes sont l’œuvre des frelons, qui sont les seuls à piquer les humains sans avoir été agressés.

Les fourmis ne sont pas agressives envers les humains, mais elles peuvent être très désagréables. Vous ne voulez pas qu’elles se rassemblent dans votre maison et vous envahissent.

Voici quelques remèdes naturels, qui ont fonctionné pour d’autres personnes et qui ont éliminé les fourmis de leurs maisons.

Les solutions naturelles pour éliminer les insectes nuisibles

1. Mélange à base d’huile végétale

Pour cette méthode, vous utiliserez des huiles végétales, par exemple de la menthe poivrée, de la lavande ou de la citronnelle. Ces huiles ont des propriétés insecticides. Vous pouvez également utiliser de l’huile de lin. Vous trouverez plusieurs mélanges à base d’huile végétale sur le marché.

  • Mettre quelques gouttes d’huile dans un verre d’eau
  • Bien mélanger jusqu’à ce que l’huile soit dissoute
  • Ajouter de l’eau chaude pour obtenir un mélange homogène
  • Utiliser le mélange pour les rinçages d’extérieurs et les rinçages d’intérieurs

2. La méthode de l’eau bouillante

vaporiser le mélange
Vaporiser le mélange anti-insectes

Il est très facile de faire bouillir de l’eau dans une casserole sur le feu. N’utilisez pas une casserole en aluminium, parce que la chaleur sera absorbée par le métal, ce qui pourrait ne pas être assez chaude pour tuer les fourmis.

Laissez l’eau bouillir, puis retirez du feu et ajoutez quelques gouttes de jus d’orange, de citron ou de l’huile essentielle de menthe poivrée.

Placez l’eau dans un vaporisateur et vaporisez dans les endroits où les fourmis se trouvent. Les fourmis ne peuvent pas résister à la vapeur et à l’odeur désagréable.

Si vous utilisez une huile essentielle, assurez-vous que ce soit une huile que vous appréciez aussi, parce que vous allez l’inhaler.

3. Si vous voulez éliminer les fourmis avec une récolte d’été

Pensez aux feuilles de citronnier

Ces feuilles répandent une odeur désagréable que les fourmis ne peuvent pas supporter. Demandez à votre jardinier local de vous en donner un peu, ou achetez des feuilles de citronnier fraîches au magasin bio.

Les feuilles sont plus efficaces que les fruits. Écrasez quelques feuilles, placez-les dans une boîte et placez la boîte dans les endroits où vous voyez des fourmis.

Les fourmis seront attirées et rentreront à l’intérieur, où elles mourront.

Lavande

Lavez les feuilles et les bourrez dans des sacs en plastique. Placez un sac dans chaque pièce où vous voyez des fourmis. Les fourmis ne peuvent pas résister à l’odeur de lavande.

Miel

Le miel est très efficace contre les fourmis. Les fourmis ne peuvent pas résister au miel et meurent dans le sac de miel si vous les y laissez.

Écrasez quelques feuilles de citronnier, ajoutez du miel et mélangez bien. Placez le mélange dans des sacs en plastique, fermez-les et placez-les dans les endroits où vous voyez des fourmis.

Le mélange va attirer les fourmis et elles vont rentrer dans le sac de miel pour l’ingérer, où elles mourront.

4. La solution de boule de coton

Cette solution est très efficace pour éliminer les fourmis. Tout ce dont vous avez besoin est une boule de coton. Placez la boule de coton dans un sac en plastique et refermez le sac. Placez ensuite le sac dans les endroits où vous voyez des fourmis. Les fourmis sont attirées par le tissu et rentrent dans le sac. Elles sont bloquées à l’intérieur du sac et meurent.

5. La solution de l’huile d’olive et du sucre

Cette solution est très efficace contre les fourmis, mais également les cafards, les araignées, les souris et les rats. Tout ce dont vous avez besoin est d’un pot de fleurs, de deux gros pots de fleurs et d’un sac en plastique (grande capacité). Tout d’abord, mettez un litre d’huile d’olive et un litre de sucre dans chacun des gros pots. Fouettez bien le tout avec une cuillère en bois et mettez-le dans les pots. Puis mettez le pot de fleurs vide au milieu des pots contenant le sucre et l’huile d’olive. Les fourmis entreront dans le pot vide et se dirigeront vers les pots contenant l’huile d’olive et le sucre. Elles s’y assoiront et mourront.

6. La solution du bicarbonate de soude et du sucre pour protéger votre maison

Vous pouvez également utiliser du bicarbonate de soude et du sucre pour éliminer les fourmis. N’oubliez pas qu’il faut toujours faire attention aux enfants. Vous pouvez utiliser cette solution pour les fourmis qui vivent dans les petits récipients tels que les pots de fleurs.

7. La solution d’huile essentielle de citron

huile essentielle de citron
huile essentielle de citron

L’huile essentielle de citron vous permet de tuer les fourmis, les moustiques, les araignées et les mouches. Pour cela, il vous suffit de verser quelques gouttes d’huile essentielle dans des bouteilles en verre, des pots ou des bocaux et couvrir la partie supérieure du contenant avec du plastique transparent. Vous pouvez utiliser cette huile essentielle pour tuer les fourmis sur le sol, les murs et les plantes.

8. La solution d’encens

Vous pouvez aussi utiliser l’encens pour éloigner les fourmis. Commencez par mettre une bonne quantité d’encens dans un petit récipient en verre, couvrez-le avec du plastique transparent et déposez-le sur le sol. Les fourmis s’enfuiront immédiatement en sentant l’odeur.

9. La solution d’ail comme anti-insectes

Vous pouvez aussi utiliser l’ail pour éloigner les fourmis. Pour cela, il vous suffit d’écraser une demi-cuillère à café d’ail dans un mortier et de le laisser reposer quelques heures. Ensuite, vous pouvez le mettre dans un petit pot en verre ou en plastique et le laisser reposer sur le sol. Les fourmis s’enfuiront devant son odeur.

Conclusion

Ces 9 solutions naturelles anti-insectes ont été testées et approuvées par la rédaction pour protéger votre maison. trouvez d’autres astuces ou informations sur notre site.

Les médecines douces, moyen de détente et de bien-être

Les médecines douces sont des thérapies ou un moyen, non médicamenteuses qui ont pour objectif de préserver et de restaurer le bien-être ainsi que la détente. Des études ont montré que les pratiques douces (méditation, yoga, tai chi, sophrologie, danses-thérapies…) réduisent le stress et soulagent les symptômes de maladies chroniques (troubles de l’humeur ou du sommeil, douleurs chroniques, états dépressifs ou anxieux…). Elles permettent de se reconnecter à soi-même et à son propre corps.

plante et médicament

Les thérapies douces

Elles préviennent le stress et l’anxiété.

Des chercheurs ont montré que les pratiques douces permettent d’augmenter l’endurance, la concentration, la confiance en soi et l’estime de soi. Elles constituent de véritables antidotes au stress et à l’anxiété. Pour se relaxer, on peut également pratiquer une méditation de pleine conscience (qui consiste à être conscient de nos sensations ou pensées sans les juger) ou une méditation du corps (qui nous apprend à être conscient de notre corps et à l’apprivoiser).

Elles améliorent le sommeil.

Des études ont montré que les pratiques douces permettent d’améliorer le sommeil. La relaxation est un bon moyen de réduire les troubles du sommeil (insomnie, somnolence excessive, troubles respiratoires nocturnes…). On peut aussi pratiquer une méditation de pleine conscience ou une méditation du corps pour trouver plus facilement le sommeil.

Elles favorisent la concentration.

La concentration est un des aspects fondamentaux de l’état d’esprit. Elle est un élément essentiel de l’intelligence émotionnelle. Les pratiques douces permettent d’augmenter le niveau de concentration.

Les thérapies douces permettent de se reconnecter à soi-même et à son propre corps. Celles qui sont centrées sur la respiration favorisent également la concentration.

Elles améliorent la performance scolaire.

Des études ont montré que la pratique d’une activité physique douce (lecture, dessin…) améliore la mémorisation. Les pratiques douces permettent d’apprendre à se concentrer sur ce qu’on fait, et donc à mieux se focaliser sur les contenus étudiés. On peut aussi utiliser la méditation de pleine conscience pour apprendre à ne pas s’éparpiller.

Elles renforcent la confiance en soi

Les pratiques douces permettent d’être plus centré et plus à l’écoute de soi-même. Elles permettent de prendre du recul et d’être plus autonome, ce qui est essentiel pour développer une confiance en soi forte.

Elles génèrent une sensation de bien-être.

Les pratiques douces génèrent une sensation de bien-être. Cela se ressent dans son corps, dans sa tête et dans son état d’esprit. La pratique de la méditation de pleine conscience (ou d’une méditation du corps) est un excellent moyen d’apprendre à relativiser, à prendre du recul et à se détendre.

Elles permettent de faire le tri dans ses pensées.

Lorsque l’on est en pleine activité, on ne se pose pas forcément les bonnes questions sur ce que l’on fait, et sur ses choix. La pratique des pratiques douces permet d’être plus conscient de ses pensées et de faire le tri.

Quelques exemples de thérapies douces

Présentation du Reiki

Reiki

Le reiki est une médecine traditionnelle japonaise. Il s’agit d’une thérapie douce qui se pratique en tenant les mains à proximité des lieux de douleur et des points d’énergie de l’individu, en visualisant ses organes, et en évacuant ses pensées négatives. Le reiki est donc une thérapie qui permet de relâcher les tensions et les douleurs.

Le Shiatsu

Le shiatsu est une thérapie manuelle , qui consiste à masser les points d’énergie de l’individu pour en évacuer ses émotions négatives. Les praticiens du shiatsu, appelés « maîtres de shiatsu », sont formés à la thérapie manuelle, mais aussi à la méditation et à la relaxation. Ils peuvent être des thérapeutes spécialisés, ou des massothérapeutes.

L’art thérapie

L’art-thérapie est une forme de thérapie qui consiste à développer les capacités d’expression, d’interprétation et d’intuition en utilisant des techniques créatives et des pratiques artistiques pour exprimer des émotions. Le but est de comprendre le fonctionnement de l’esprit et de l’âme à travers la création d’œuvres d’art.

La Sophrologie

La sophrologie est une méthode de relaxation qui se pratique en pleine conscience, en utilisant la respiration et des techniques mentales. La sophrologie aide à se relaxer, à se détendre les muscles et à se concentrer pour une meilleure qualité de vie.

L’Hypnose

L’hypnose est une thérapie qui utilise la suggestion pour réorienter le fonctionnement psychologique de l’individu. L’hypnothérapeute aide son client à s’endormir pour un sommeil léger, puis il lui suggère une idée, comme la réduction du stress, qui aidera l’individu à résoudre ses problèmes.

Le point sur les médecines douces

La médecine douce est aussi un moyen de détente et de bien-être en pratiquant un ensemble de techniques et de soins naturels. La base de ces soins provient d’herbes et d’autres produits naturels pour des bienfaits immédiats et durables.

La médecine douce a d’abord été utilisée comme thérapie pour les maladies et les affections de longue durée. Elle s’est ensuite étendue à la prévention des maladies et à la promotion du bien-être en utilisant des techniques naturelles qui stimulent le système immunitaire.

La médecine douce peut être un complément aux traitements conventionnels, y compris les médicaments, les interventions chirurgicales et les traitements de radiothérapie. Elle peut aussi être utilisée seule ou en association avec d’autres méthodes de soins de santé.

Quelques exemples de médecines douces

Les soins grâces aux herbes

Les plantes et les extraits de plantes utilisés dans les soins grâce aux herbes sont généralement obtenus par distillation, extraction, infusion ou rôtissage. Ils s’administrent par voie orale, en inhalation ou par voie interne. On peut également les inhaler dans un vaporisateur. On peut aussi les appliquer sur la peau sous forme de crèmes, de lotions ou d’onguents.

Exemples de plantes médicinales :

Echinacée (Echinacea angustifolia) :

Une solution utilisée pour soigner les infections graves.

On l’utilise seule ou en association avec d’autres plantes médicinales comme l’artichaut, le gui ou le gui d’Amérique.

(Zingiber officinale) : cette plante est utilisée pour combattre les troubles digestifs. On peut l’administrer sous forme de pilules, de sirop ou de comprimé à croquer.

Camomille (Matricaria recutita) :

Une plante utilisée pour soigner les inflammations, les douleurs musculo-squelettiques, les troubles digestifs et les infections. On peut l’administrer sous forme de sirop, de comprimé à croquer ou de tisane.

Guimauve (Acorus calamus) :

Utilisée pour atténuer les troubles digestifs. On peut l’administrer sous forme de sirop ou de comprimé à croquer.

(Acorus calamus) :

Une plante utilisée pour atténuer les troubles digestifs. On peut l’administrer sous forme de sirop ou de comprimé à croquer.

(Thymus vulgaris) :

Un végétal utilisé pour soigner les infections et les troubles digestifs. On peut l’administrer sous forme de sirop, de comprimé à croquer ou de tisane.

Moutarde (Brassica hirta) :

Une plante utilisée pour soigner les maux de gorge et les infections. On peut l’administrer sous forme de sirop, de comprimé à croquer, d’huile essentielle ou d’huile volatile.

Les soins grâces aux pierres

Les pierres sont utilisées pour leurs propriétés thérapeutiques et peuvent être enchâssées dans des bijoux ou mises sur la peau. On les utilise principalement au quotidien en les portant sur soi ou en les laissant près du lit, à côté du téléphone ou à côté du fauteuil favori. Les pierres également suspendues au plafond dans une pièce de la maison apportent leur bienfait.

pierres qui soignent
Pierres de guérison

On peut utiliser les pierres suivantes pour se soigner :

Bleuet (Vaccinium myrtillus) :

Un minerais utilisé pour soigner les infections. On peut l’administrer sous forme d’huile essentielle à base de bleuet, d’huile essentielle de bleuet ou de sirop de bleuet.

Jade (néphrite) :

Utilisée pour soigner les infections, les problèmes digestifs et les dérèglements hormonaux. On peut l’administrer sous forme d’huile essentielle ou de sirop à base de jade.

Le Quartz rose :

Un minerais utilisé pour soigner les infections, les problèmes digestifs et les dérèglements hormonaux. On peut l’administrer sous forme d’huile essentielle ou de sirop à base de quartz rose.

Les soins grâces aux insectes

Egalement utilisés dans le cadre d’une thérapie ou pour des soins les insectes sont largement reconnus.

Ces derniers utilisés pour :

  • soigner des infections,
  • calmer des douleurs,
  • soigner des dérèglements hormonaux,
  • soigner des problèmes de peau.
  • Les produits issus des insectes:

Bombyx mori : c’est le soin médical des Japonais. On utilise la soie de cet insecte pour soigner les problèmes dermatologiques.

Bombyx batjanus : une espèce utilisée pour soigner les infections et les problèmes digestifs.

Le miel pour soigner

Le miel est utilisé en soins de beauté depuis des siècles.

On se sert du miel pour :

  • calmer les démangeaisons,
  • soigner les inflammations,
  • calmer les rougeurs.

Le propolis pour soigner les problèmes de peau:

propolis
Propolis

Le propolis est utilisé pour soigner les problèmes d’allergie cutanée. On peut l’utiliser pour soigner les eczémas, les rougeurs et les irritations cutanées.

Soigner avec des piqures d’abeilles

savamment dosé le venin d’abeilles peut soulager les douleurs chroniques telles que les rhumatismes ou l’arthrose.

En Russie, afin de désintoxiquer de certaines addictions les malades, les centres utilisent les piqures d’abeilles pour diminuer leur dépendance.

Le venin de l’araignée banane comme aphrodisiaque

D’une anecdote, une piqure de cette araignée à provoqué une érection prolongée sur les manutentionnaires qui déchargeaient une cargaison de banane, les laboratoires développent des recherches pour remplacer le viagra.

Les soins grâce aux animaux

Un sirop à la bave d’escargot

Le sirop à la bave d’escargot contribue à guérir l’asthme, les problèmes respiratoires et l’insuffisance cardiaque.

Les soins avec des sangsues

Les sangsues sont plus récemment utilisées dans le cadre post opératoire et plus précisément lors d’une greffe.

Des pansements d’asticots

Dans le cadre hospitalier on utilise des pansements d’asticots. Ces soins permettent de supprimer des tissus nécrosés.

Conclusion

C’est ainsi que nous finissons notre découverte des médecines douces, un moyen de détente et de bien-être,

Apprendre l’apiculture: un nouveau guide complet

Apprendre l’apiculture voici un nouveau guide complet. Les abeilles sont les principaux pollinisateurs de l’humanité. Les fleurs ont besoin des abeilles pour se reproduire et le monde a besoin des fleurs pour survivre. Or, en raison du déclin des populations d’abeilles au cours des 30 dernières années, la planète se trouve en péril. L’apiculture est devenue un sujet important dans le monde entier. Elle est désormais considérée comme un art et un métier.

ruches colorées
découvrir l’apiculture

Ce guide pratique sur les abeilles comprend une introduction à l’histoire de l’apiculture et à la biologie des abeilles, des informations sur les différentes espèces d’abeilles, leurs caractéristiques et leur habitat. Nous vous donnerons des conseils pour les principaux problèmes rencontrés par les apiculteurs et les solutions pour y remédier. Il est destiné aux enthousiastes des abeilles, aux petits exploitants et aux amateurs.

1. Les bonnes raisons pour apprendre l’apiculture

Tout d’abord, le métier d’apiculteur est passionnant, car les abeilles sont des animaux fascinants.

En plus de cela, l’apiculture est une activité formidable pour toute la famille. Elle comporte beaucoup de défis et permet d’améliorer votre esprit créatif et votre capacité à résoudre des problèmes.

C’est une activité qui peut vous faire beaucoup de bien. Elle vous fait économiser de l’argent, car vous pouvez produire votre propre miel, gelée royale et pollen. L’apiculture est réputée pour être un métier qui se transmet de génération en génération, dans la famille et parmi les amis.

Il est donc possible que vous découvriez d’autres apiculteurs dans votre région, ce qui vous permettra de partager vos connaissances et de progresser ensemble.

2. Les différentes façons de se lancer

Il existe deux méthodes pour se lancer dans l’apiculture : soit à titre professionnel, soit à titre personnel. Les apprentis apiculteurs en herbe peuvent se réjouir, il existe un nouveau guide complet venez le parcourir.

La méthode professionnelle

La première solution est souvent la plus simple et la plus rentable. Cependant, elle implique aussi un investissement plus important. Apprendre une méthode sur l’apiculture comme un professionnel demande un investissement.

Dans ce cas, les abeilles sont vendues avec leur rucher, c’est-à-dire leur logement et leur équipement.

Vous aurez alors besoin de les transporter chez vous et de construire des ruches afin qu’elles y puissent vivre. Cette manière de faire, cependant, vous permettra de réaliser des bénéfices tout au long de l’année.

La méthode personnelle

L’autre possibilité est plus facile à mettre en place. En effet, elle consiste à s’associer avec un apiculteur professionnel et à investir dans une ruche et des abeilles.

Cette méthode permet d’obtenir des ruches à moindre coût et de bénéficier de la connaissance et de l’expérience de l’apiculteur.

Cependant, elle implique aussi de vous occuper des abeilles pendant une partie de l’année. Si vous disposez d’un jardin et de plusieurs fleurs, vous pourrez soit récolter les fruits de votre travail soit les vendre.

Cela vous permettra ainsi d’améliorer votre situation financière sans avoir à investir un seul centime.

3. Découvrir le monde de l’apiculture

L’apiculture permet de découvrir un monde fascinant auquel peu de gens ont accès. Cependant, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un métier difficile qui demande patience et investissement. Après avoir lu cet article, vous aurez sans doute envie de débuter cette activité.

un apiculteur
l’enfumage permet d’approcher la ruche

Néanmoins, il est important de bien connaître le métier avant de se lancer dans l’aventure. Pour cela, il faut suivre des cours d’initiation et apprendre l’apiculture.

Cela vous permettra également de découvrir si le métier vous plaît ou pas.

Les méthodes d’apiculture

Si vous souhaitez vous lancer dans l’apiculture, vous devez d’abord vous renseigner sur les différentes méthodes et les différentes abeilles existantes.

La particularité de cette activité est que vous pouvez choisir la méthode qui vous convient en fonction de votre budget et des saisons.

Cependant, il faut savoir que le choix de la méthode dépend aussi de l’environnement dans lequel vous résidez. Si vous prévoyez de créer votre propre rucher, il est important de savoir comment le mettre en place.

La première étape avant de vous lancer dans cette activité consiste à trouver un terrain qui vous convient. Vous devez demander à votre mairie si vous pouvez installer un rucher sur votre terrain.

Pour cela, vous devez contacter la mairie et obtenir un permis d’urbanisme. Il faut aussi vérifier que votre terrain est en bon état avant de commencer les travaux.

En effet, une bonne surface et du terrain plat sont nécessaires pour pouvoir monter le rucher. Si vous n’avez pas les moyens d’acheter un terrain, vous pouvez vous tourner vers un éleveur de ruches pour en louer un.

Choisir sa ruche

L’autre étape consiste à trouver les bonnes abeilles pour vos ruches. Il existe plusieurs types de ruches :

  • traditionnelles
  • horizontales
  • Verticales
  • Layens
  • WBC ( William Braughton Carr)
  • De production

Le choix dépendra du climat dans lequel vous résidez et de votre objectif final dans votre activité.

4. La ruche et son fonctionnement

Apprendre l’apiculture c’est aussi maîtriser le fonctionnement de la ruche.

La ruche est une alvéole dans laquelle des abeilles vivent ensemble. La taille de la ruche dépend de la taille de l’abeille. Une abeille qui vit en ruche a besoin d’un espace minimum, c’est à dire d’environ quatre centimètres carrés.

La ruche doit être placée à une hauteur entre un mètre et trois mètres du sol pour que les abeilles puissent voler librement dans toutes les directions. Il faut aussi que la ruche soit placée en plein soleil pour que les abeilles puissent voler à la chaleur du soleil.

Les abeilles n’aime pas rester dans le noir. La ruche doit aussi être placée à l’abri des vents violents.

La ruche est composée de différents éléments.

En premier lieu, il y a la colonie d’abeilles : chacune des abeilles qui vit dans une ruche possède un rôle à jouer, de la Reine buckfast à l’ouvrière .

Il y a aussi des cadres et des plaques pour loger les cadres. Les cadres sont des alvéoles dans lesquelles les abeilles peuvent élever leurs petits.

Les plaques sont au sommet de la ruche et elles servent à loger les plaques de crème.

Enfin, il y a le couvre-cadre qui sert à recouvrir la ruche et protéger la colonie des intempéries.

Les cadres sont essentiels pour la bonne santé d’une ruche. C’est grâce à eux que l’on arrive à connaître l’âge d’une ruche, la population d’une ruche et si une ruche est malade ou non.

Les cadres sont divisés en deux catégories : les cadres supérieurs et les cadres inférieurs. Les cadres supérieurs sont ceux situés en haut de la ruche.

Ils servent à loger les reines, les princesses et les ouvrières. Nous utilisons les cadres pour loger les petits des reines mais seulement lorsque celle-ci est décédée.

Les cadres inférieurs se situent en bas de la ruche. Ils servent à loger les ouvrières et les larves.

plaque de miel
Les alvéoles de la ruche

Les plaques de crème ou plaquettes sont placées au sommet de la ruche et elles servent à loger les plaques de miel.

Elles permettent aussi d’apporter un peu d’humidité dans la ruche. Les plaques de miel sont placées dans la ruche et elles sont utilisées pour loger le miel.

Comment trouvez vous nos conseils pour apprendre l’apiculture? Maintenant laissez-nous vos impressions.