Comment les villes vélo-compatibilité deviendront toutes vertes

Un nombre croissant de villes dans le monde se tournent vers la vélocité comme moyen efficace d’améliorer l’expérience de la mobilité urbaine. Le concept est simple : le cyclisme est bon pour l’environnement, bon pour les finances et bon pour les habitants. Mais que se passe-t-il lorsque les villes d’aujourd’hui deviennent les villes du cycliste de demain? Les politiques de transport urbain vont-elles supporter la vélocité?

Cyclistes en pleine ville
Cyclistes en pleine ville

Nous avons demandé à l’architecte et urbaniste Samira Tawfik, qui travaille au bureau d’études Urbanautica, de nous décrire le futur de la ville adaptée aux cyclistes. Voici ce qu’elle a répondu:

“Pour bien comprendre le futur des villes vélo-compatibles, il faut d’abord regarder en arrière. Il y a seulement quelques décennies, les villes ne répondaient à aucune norme. On construisait où il fallait et on allait là où on devait. Les voitures roulaient dans les rues, et les piétons marchaient dans les rues, tous en même temps. C’était la jungle urbaine, avec une piste cyclable ici et là.

Mais en fait, des villes ont commencé à changer. Les gens avaient besoin de plus d’espace pour circuler, et les vélos ont été relégués aux trottoirs. Peu à peu, la plupart des villes ont adopté une politique d’aménagement qui permettrait aux vélos et aux voitures de coexister. Les voies cyclables sont devenues plus larges pour accueillir les cycles, et les règles de circulation pour les piétons se sont assouplies. Les vélos ne sont pas entièrement exclus de la circulation maintenant, mais ils doivent rester sur les voies cyclables ou sur le trottoir.

1. Les villes vélo-compatibilité

Ces villes sont celles qui ont continué à évoluer depuis. Les rues sont toujours réservées aux véhicules, mais il est devenu plus facile pour les cyclistes de ne pas utiliser les voies cyclables et de circuler en toute sécurité, sur la route.

En fait, les villes vélo-compatibles ont commencé à apparaître lorsque la technologie a rendu possible une nouvelle manière de se déplacer. Un nouveau type de vélo a été créé:

2. Les avantages des vélos

Les vélos urbains ont un certain nombre d’avantages. Ils ne polluent pas et ne font pas de bruit. Leur utilisation est écologiquement responsable. Leur utilisation est bonne pour la santé, car ils permettent à ceux qui les utilisent de se maintenir en forme. Les vélos urbains peuvent réduire le nombre de voitures sur les routes et ainsi aider à réduire les embouteillages. Ils peuvent aussi être des moyens d’améliorer la qualité de vie dans les villes.

Les vélo ont su s’adapter aux besoins de tous. L’apparition des vélo cargo porteurs par exemple est significatif.

Ils répondent aux besoins des professionnels de la messagerie mais aussi des familles.

Pratiquer le vélo pour se déplacer est économique. On en prend conscience encore plus aujourd’hui avec le prix du carburant qui augmente. Le pouvoir d’achat est la préoccupation principale des français.

3. Les défis à relever

Les vélos urbains ont des défis à relever. Ils doivent être accessibles pour tous les types de personnes. Différents types de vélos doivent être disponibles pour répondre aux besoins de différents groupes de la population. Des pistes cyclables sécuritaires devraient être développées et aménagées. Elles devraient être en bon état afin qu’elles puissent être utilisés par tous les utilisateurs de vélos, qu’ils soient d’un niveau social élevé ou faible. Des itinéraires cyclables sécuritaires devraient être créés dans les quartiers résidentiels et dans les zones commerciales. Les vélos urbains ont aussi besoin de plus d’aménagements pour la sécurité et le confort. Ils ont besoin de piste à grande vitesse, de feux de signalisation adaptés à eux, de trottoirs plus sûrs pour qu’ils puissent se déplacer en toute sécurité, d’espaces de stationnement.

4. Comment encourager les villes à devenir vélo-compatibles?

Il y a plusieurs façons pour les villes de devenir vélo-compatibles. Les politiques municipales peuvent encourager le transport actif et encourager les habitants à utiliser les vélos à l’aide d’incitatifs (ex: crédits d’impôts, abattement fiscaux, subventions, etc.). Les villes peuvent aussi utiliser les ressources publiques pour construire des infrastructures cyclables à un coût abordable afin que tous les types de personnes puissent en profiter. Les villes peuvent aussi encourager le transport actif dans les écoles et d’autres endroits où les jeunes sont les plus vulnérables. Cela peut être fait en remplaçant l’activité physique de faible intensité par des activités sportives, en mettant en place des programmes d’éducation physique, et en utilisant des moyens d’information afin que les jeunes sachent qu’utiliser un vélo pour se rendre à l’école est une option viable.

5. Les solutions proposées par les villes peuvent-elles être appliquées partout?

Non. Les solutions proposées par les villes peuvent varier d’une ville à l’autre. Cela dépend de la croissance de la ville, du nombre de cyclistes, et des habitudes des habitants. Cependant, les moyens d’encourager le transport actif doivent toujours être mis en place selon les besoins de la population locale et en fonction des ressources disponibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.