Comment empêcher les fourmis de monter dans les arbres fruitiers ?

Éléments importants de la biodiversité, les fourmis sont des insectes qui raffolent des fruits sucrés et des sèves. Tels des parasites, elles prennent d’assauts les arbres fruitiers pour se satisfaire. Heureusement, il existe des produits naturels et chimiques afin d’empêcher les fourmis de venir sur votre arbre.

fourmis en train de monter sur les arbres fruitiers
fourmis en de train de monte rsur des arbres fruitiers

Les produits naturels

Quelques produits naturels se démarquent par leur capacité à empêcher les fourmis de monter sur un arbre fruitier. Ce sont le jus de citron, l’écorce du citron, les feuilles de basilic et le marc à café.

Le jus de citron et l’écorce du citron

La plupart des gens savent que le citron contient de l’acidité. Par contre, nombre d’entre eux ignorent que cette dernière est susceptible de lutter contre les fourmis. Ces insectes détestent pour ainsi dire l’odeur du citron.

Pour empêcher des fourmis de monter sur l’arbre, il suffit d’effectuer le mélange d’un quart de jus de citron avec trois quarts d’eau. Ensuite, aspergez l’ensemble des arbres de la solution obtenue.

Par ailleurs, elle permet d’empêcher que des pucerons envahissent l’arbre. Dans une autre mesure, il faut disposer des zestes de citron sur les arbres avec une colle de sorte qu’elle puisse les maintenir.

Les feuilles de basilic

Généralement, les feuilles de basilic sont utilisées en cuisine en raison de leurs saveurs et de leurs odeurs. Cependant, elles ne sont pas appréciées des fourmis. Si vous arrivez à disposer quelques feuilles de basilic au tour d’un arbre fruitier, lesdits insectes s’en tiendront éloignés. Vous pouvez également faire disposer des pots de basilic autour des arbres fruitiers.

Le marc à café

Ne vous débarrassez plus des filtres pleins après avoir fait du café. Avec le marc qu’on peut récupérer, il est possible d’éloigner avec efficacité les fourmis d’un arbre fruitier. Pour ce faire, vous n’avez qu’à disposer le marc à café au pied de l’arbre en question. C’est une solution naturelle écologique et non nuisible.

Les produits chimiques

Il existe un nombre important de produits chimiques conçus à d’autres fins, mais qui servent de répulsifs contre les fourmis. Ce sont entre autres la craie, la glu et les huiles essentielles. À ceci, s’ajoute le bicarbonate de soude.

La craie

L’utilisation de la craie dans le but d’empêcher les fourmis de grimper sur un arbre à fruit est plutôt simple. En effet, les pattes de fourmis détestent cette substance. Il suffit donc de tracer un ou deux traits de craie au sol et cela devrait les tenir à l’écart de l’arbre. Toutefois, le principal défaut de cette alternative est la nécessité de réitérer une telle action après chaque pluie.

La glu

La glu est une pâte essentiellement composée d’huile de ricin et de résine. Elle se présente comme un obstacle efficace à la montée des fourmis sur un arbre. En vue de pouvoir bien l’utiliser la glu, il convient d’abord de mixer cette pâte. Ensuite, il faut veiller à en étaler une bande tout autour du tronc de l’arbre que vous voulez protéger. Faites en sorte que la bande forme un collier.

Le bicarbonate de soude

Très pratique en cuisine, le bicarbonate de sodium prouve également son efficacité en tant que répulsif de fourmis. C’est d’ailleurs une astuce utilisée depuis très longtemps par de nombreux jardiniers. Pour ce faire, il suffit d’en disposer en cordon au pied d’un arbre.

Les huiles essentielles

Souvent, les fourmis détestent l’odeur des huiles essentielles de cannelle et de menthe poivrée. Veillez à mettre quelques gouttes de l’une de ses huiles au pied ou sur l’arbre fruitier pour avoir l’effet recherché. Toutes ces solutions ont toujours fait montre d’une grande efficacité. N’hésitez donc pas à faire un choix en fonction de vos besoins et préférences.

Les meilleurs conseils pour un jardin biologique en pleine croissance

entretenir son jardin biologique
entretenir son jardin biologique

Quelles sont vos idées personnelles sur le jardinage naturel ? Voyez-vous tout ce que vous pouvez sur le sujet, et essayez-vous aussi de dépasser votre propre jardin ? Il existe de nombreuses sources proposées telles que des publications, des clips vidéo, des publications, des émissions, etc. Alors par où commencer avec vos propres méthodes ? Essayez de soumettre ces idées pour découvrir votre point de départ.

Bien connaître la météo

Apprenez-en davantage sur les schémas climatiques régionaux de votre zone géographique. Lorsque vous connaissez votre environnement et la manière dont il influence le développement de votre jardin, vous pouvez prévoir comment votre jardin va certainement se développer. Vous pouvez rendre votre jardin plus efficace en surveillant les prévisions météorologiques locales et en adaptant vos travaux d’horticulture en conséquence.

Appliquez régulièrement du bicarbonate de soude et de l’eau sur vos plantes. Mélangez simplement les deux ingrédients dans un flacon pulvérisateur et vaporisez les feuilles de vos plantes. Ce mélange fonctionne comme un traitement antifongique entièrement naturel. Vous pouvez éviter d’endommager les pesticides si vous utilisez un mélange de bicarbonate de soude au moins deux fois par semaine.

Pour que votre projet de jardinage naturel soit aussi écologique que sain et équilibré, pensez à fabriquer votre propre compost. Pour fabriquer votre propre paillis, tout ce dont vous avez besoin est un exemple de terreau intégré à vos restes de nourriture. Vous pouvez acheter un broyeur ou broyer manuellement vos déchets en les retournant tous les deux jours.

Un atout majeur : les coccinelles

Les coccinelles sont un excellent moyen d’aider à réguler les insectes dans votre jardin biologique, selon l’excellent site culture-durable.. Plusieurs magasins de fournitures de jardinage proposent des coccinelles à cet effet. Les proies naturelles des coccinelles sont les parasites qui affligent votre jardin. Motivez les coccinelles à vivre dans votre jardin en achetant une maison pour coccinelles.

Une excellente méthode pour lutter contre les mauvaises herbes de manière sûre et non toxique consiste à utiliser un flacon pulvérisateur de savon de cuisine dilué pour traiter les endroits où la végétation est trop abondante dans votre jardin. Utilisez un ratio d’une cuillère à soupe de savon doux pour 16 onces d’eau. Arrosez les mauvaises herbes une fois par jour et en une semaine, elles devraient se ratatiner et être moins difficiles à enlever.

Lorsque la lutte est engagée pour débarrasser la pelouse et le jardin des scarabées japonais, le spore lacté est le meilleur ami du passionné de jardinage biologique. La spore laiteuse, un pesticide biologique, comprend un germe qui cible sélectivement les larves blanches du scarabée adulte. Lorsque le spore laiteux a été appliqué, les larves se nourrissent des plantes qui l’ont absorbé et meurent en quelques semaines. À mesure que les larves se décomposent, les spores qu’elles ont ingérées se répandent à nouveau dans le sol pour poursuivre leur travail.

Optimiser votre temps

Vous pouvez gagner du temps en utilisant des tubes de trempage. Plutôt que de rester debout avec un tube pendant très longtemps ou de devoir remplir un récipient, établissez votre pression d’eau à un niveau réduit et laissez votre tube reposer à côté de la plante qui a besoin d’être arrosée. Ne négligez pas de couper l’eau plus tard.

Puisque vous avez une idée sur la façon de commencer à élaborer vos propres méthodes d’horticulture biologique, êtes-vous prêt à commencer à essayer ? Êtes-vous prêt à utiliser ce que vous avez revu pour votre jardin ? Pouvez-vous aider votre jardin à se développer correctement ? Si vous le pouvez, après cela, amusez-vous bien ! Sinon, assurez-vous d’examiner les idées une fois de plus.

Quels jumelles choisir pour l’observation de la nature ?

Pour une observation détaillée de la nature, les jumelles sont le compagnon idéal. La question se pose donc inévitablement de savoir quel instrument choisir. L’aperçu suivant vous fournira une aide précieuse pour votre décision d’achat, mais si vous souhaitez obtenir beaucoup plus de détails, nous vous conseillons ce site spécialisé en conseil sur les jumelles.

Les bonnes jumelles pour l’observation de la nature

Tout dépend de l’utilisation prévue.

Naturellement, on souhaite utiliser des jumelles aussi performantes que possible pour l’observation de la nature. Les jumelles sont certes compactes, mais les modèles avec un très grand diamètre d’objectif peuvent devenir très lourds lors de randonnées. Pour une utilisation mobile, les jumelles avec un grossissement de 8 à 10 fois ont fait leurs preuves. Pour les observations de jour, un diamètre d’objectif de 30 millimètres est idéal (p. ex. 8 x 32 ou 10 x 32). Ces jumelles disposent d’un grossissement optimal et d’un champ de vision suffisamment large. De telles optiques sont maniables et n’occupent que peu de place.

La situation est un peu différente si vous souhaitez observer en détail des animaux sauvages ou des oiseaux. Pour ne pas les effrayer, l’observation n’est possible qu’à une certaine distance. Pour être tout de même « tout près », un grossissement aussi élevé que possible est nécessaire à cet effet. L’éventail des appareils proposés va du grossissement 12x au grossissement 20x. Toutefois, plus le grossissement est important, plus l’intensité lumineuse diminue. C’est pourquoi ces jumelles sont fabriquées avec un objectif d’un diamètre correspondant. Dans la plupart des cas, 50 millimètres suffisent, mais il existe aussi des jumelles avec un diamètre d’objectif de 80 millimètres.

Les jumelles sont avant tout conçues pour une utilisation mains libres. Mais dès un grossissement de 12 x, le tremblement inévitable des bras entraîne, malgré une bonne optique, des pertes de détails qui nécessitent l’utilisation d’un trépied. Outre le trépied courant, il existe des versions spécialement conçues pour l’observation de la nature, avec un mécanisme de serrage pour des possibilités de fixation universelles.

A l’affût la nuit avec les jumelles.

Pour l’observation de la nature au crépuscule et la nuit, vous avez besoin d’un instrument qui possède une capacité de collecte de la lumière aussi élevée que possible. Sinon, vous ne verrez pas grand-chose et devrez vous contenter d’une image peu contrastée. L’indice crépusculaire vous renseigne sur les jumelles appropriées pour les excursions nocturnes. Plus il est élevé, plus vous pourrez distinguer clairement les structures fines la nuit. Ce chiffre est la racine de la multiplication du diamètre de l’objectif et du grossissement. Dans la pratique, cela signifie qu’un grossissement moyen pour un grand diamètre d’objectif représente l’optimum. Avec des jumelles 8 x 50, 10 x 50, 12 x 55, vous obtenez un bon compromis entre le grossissement et la luminosité. Mais la qualité des verres est également importante. Pour que la lumière se perde le moins possible dans le trajet optique des jumelles, vous devez veiller à un degré de transmission élevé lors du choix de vos jumelles.

Robustes et fiables.

Pour l’observation de la nature, il est opportun d’acheter des jumelles en version étanche à la poussière et à l’eau. Il serait dommage de perdre une optique coûteuse si les jumelles devaient par exemple tomber dans l’eau. Avec un gainage en caoutchouc, vous êtes également en sécurité lors de l’achat de jumelles.

Des jumelles haut de gamme pour une observation détaillée des animaux et des oiseaux.

Outre le domaine de la chasse, les jumelles classiques sont principalement utilisées pour l’observation des oiseaux et des animaux en général. Les amateurs d’oiseaux et les ornithologues se promènent souvent dans la nature pour observer des oiseaux rares et particulièrement beaux avec leurs jumelles. L’observation des oiseaux requiert en particulier des appareils optiques qui requièrent trois aspects particuliers : Les jumelles doivent être faciles à manipuler, permettre une mise au point flexible et rapide et fournir une excellente qualité d’image.

Des jumelles flexibles et maniables – un MUST pour les amoureux de la nature.

Pour l’observation des animaux et des oiseaux, vous avez besoin de jumelles légères, maniables et particulièrement faciles à prendre en main. Vous devriez donc privilégier un modèle facile à saisir d’une seule main. Les experts recommandent donc un poids maximal de 800 grammes.

Lors de l’observation des animaux et des oiseaux, il se peut que vous deviez souvent faire pivoter les jumelles, car de nombreux animaux sont extrêmement rapides. En comparaison, cela ne joue pas un rôle important pendant la chasse à l’affût ou l’astronomie. En outre, vous devez faire la mise au point plus souvent, car la distance des oiseaux/animaux change rapidement et souvent. La mise au point doit donc pouvoir être réglée avec une grande précision et être facile à tourner.

Une qualité d’image exacte grâce à un traitement équilibré.

Le grossissement est également un facteur qui influence la mise au point. Ainsi, vous devez nettement moins souvent refaire la mise au point d’une paire de jumelles avec un grossissement de 8 fois que d’un appareil avec un grossissement de 10 fois ou même de 12 fois. La qualité de l’image (tremblement) souffre également d’un fort grossissement, ce qui est extrêmement désagréable, surtout pour l’observation des oiseaux.

La fidélité des couleurs est un facteur extrêmement important pour les jumelles d’observation de la faune. Dans ce cas, il faut veiller à ce que les prismes soient traités avec une qualité particulièrement élevée. Pour les jumelles à prismes en toit, il est également important que les prismes ne soient pas recouverts d’une simple couche d’argent, mais de nombreuses couches diélectriques. Un revêtement P est normalement obligatoire pour les prismes, ce qui garantit qu’il n’y a aucun déphasage (ondes lumineuses) à l’intérieur du prisme.

Observation détaillée des animaux et des oiseaux.

Pour obtenir des couleurs fidèles à la nature et les plus petits détails, vos jumelles pour l’observation des oiseaux/animaux doivent atteindre des normes particulièrement élevées. Après tout, l’appareil sert aux ornithologues et aux amoureux de la nature à déterminer les espèces avec précision. Il est donc impératif de disposer d’images très nettes sans aucun écart de couleur. Afin d’éviter d’éventuelles erreurs de couleur, le fabricant Eschenbach Optik a par exemple équipé une série de jumelles (série trophy®-ED) de lentilles qui présentent d’une part un traitement multicouche particulier et sont composées de verre à dispersion extra-faible. Ces appareils robustes sont étanches et en outre remplis d’azote afin que l’optique interne ne s’embue pas par temps humide.

Encore une fois, nous vous conseillons de vous rendre sur ce site avant d’effectuer un achat.

Comment les abeilles font-elles du miel ?

miel
miel

La consommation de 100 grammes de miel apporte 300 kcal à l’organisme. Le miel étant un aliment hautement énergétique et bénéfique pour l’organisme, il est tout à fait légitime de s’interroger sur son origine et ses différents usages.

Le miel, utilisé à la fois comme aliment et un produit cosmétique, est le résultat de nombreuses transformations que subit le nectar des fleurs, grâce au travail des abeilles. En fait, la nature a doté ces insectes d’excellentes qualités organisationnelles qui leur permettent de fabriquer cette substance au goût sucré. 

Avant de vous dévoiler par quel procédé les abeilles fabriquent du miel, attardons nous sur le nectar qui constitue la matière première du miel.

Le nectar: la matière première du miel

Le nectar, véritable matière première du miel, est une substance composée d’eau et de sucre et dont la consistance diffère selon les espèces végétales. Ce sont donc les différentes transformations subies par cette substance qui donne le miel, très prisé pour la consommation par l’industrie alimentaire et l’industrie cosmétique. Alors que fait concrètement l’abeille  pour fabriquer le miel?

Il faut savoir qu’au sein de la ruche (usine de production du miel), les abeilles ont des rôles bien précis et distincts. Ainsi, l’abeille butineuse collecte le nectar au creux des fleurs mellifères (celles dont le nectar permet de produire du miel) l’aspire et le garde dans son jabot ou “estomac à miel”, sans le digérer. 

A l’entrée de la ruche, elle régurgite ce nectar qui sera ensuite travaillé dans le jabot de l’abeille ouvrière, chargée quant à elle des différentes transformations. A cet instant précis, commencent les transformations chimiques du nectar en miel.

Comment le nectar se transforme-t-il en miel ?

La transformation chimique du miel est appelée trophallaxie. Au cours des échanges successifs on observe de nombreuses transformations sous l’effet des enzymes invertase, diastase et gluco-oxydase. Voici toutes les étapes de transformation du nectar en miel.

  1. Premièrement, la goutte de nectar ou sucre de la plante se concentre en saccharose sous l’effet d’une enzyme
  2. Ensuite, sous l’action d’autres enzymes, le saccharose est transformé en sucres simples, principalement le glucose, fructose, maltoses et autres sucres
  3. C’est ainsi que les différentes communications de la butineuse aux autres abeilles en passant par les ouvrières abaissent la teneur en eau du liquide
  4. Simultanément, le liquide s’enrichit de sucs gastriques et de substances salivaires des abeilles. Des sucres qui n’existaient pas au départ sont alors synthétisés
  5. Enfin, la goutte épaissie est finalement déversée dans une alvéole avant de subir une nouvelle transformation par évaporation.

Comment se passe l’évaporation ? 

Les abeilles ventileuses entretiennent un puissant courant d’air ascendant, par un mouvement très rapide de leurs ailes. On arrive ainsi à obtenir une proportion d’environ 20% d’eau et de 80% de sucres correspondant aux pourcentages normaux du miel. Et voilà le miel ainsi fabriqué peut être consommé. Cependant, en fonction de la nature de la fleur sur laquelle a été récolté le nectar, on distingue différentes variétés de miel. Découvrez ici quel est le meilleur miel du monde.

En fin de compte, c’est en butinant une fleur que l’abeille récolte son nectar, l’assèche en le déshumidifiant et le travaille au sein de la ruche pour le transformer en miel. 

Petit rappel, c’est grâce à l’acide gluconique et au peroxyde d’hydrogène intervenant pendant les transformations que ce liquide sucré est protégé contre les bactéries, microbes et champignons. 

Les avantages de l’ombre en ville

réchauffement climatique en ville
réchauffement climatique en ville

La recherche de l’ombre est un phénomène météorologique bien connu. Les villes se réchauffent plus vite que les zones rurales en raison de la concentration de bâtiments et de la circulation de voitures. En conséquence, les températures maximales des villes sont souvent plus élevées que celles des campagnes. L’ombre est potentiellement un facteur important d’atténuation de l’effet de serre et de la température en ville.

L’expérience à Toronto

L’équipe d’une école primaire d’un quartier pauvre à Toronto a utilisé la construction d’un mur d’ombre pour mesurer concrètement les effets de l’ombre sur la température aux heures caniculaires. Le mur a été construit au printemps 2016 et s’est avéré très efficace. La température a été réduite de 2°C, ce qui a permis à l’école de fonctionner plus longtemps et à l’équipe d’apprendre à planifier les activités de façon à les conserver.

De l’ombre en ville pour limiter le réchauffement climatique

Le mur d’ombre utilisé est un exemple simple, mais il fait preuve de la capacité de l’ombre à atténuer les effets du réchauffement climatique. Nous voulons savoir si cette expérience peut être reproduite dans d’autres quartiers de Toronto afin de savoir quels sont les effets de l’ombre sur la température dans la ville. La construction d’un mur d’ombre demande des ressources financières et techniques limitées et nous pensons que des écoles et d’autres institutions peuvent aider à planifier les bâtiments de manière à mieux gérer le climat chaud.

De plus, nous aimerions connaître si les effets de l’ombre sont similaires dans d’autres villes. Par ailleurs, de nombreuses villes européennes fabriques des espaces verts ombragés. On note à Paris par exemple, la création de parcs pour enfants conçus avec des arbres matures qui produisent de larges espaces d’ombres.

Espaces ombragés naturels pour améliorer la qualité de l’air

Les villes peuvent utiliser des espaces ombragés naturels pour améliorer la qualité de l’air. Ils peuvent être utilisés comme une méthode alternative à l’utilisation de systèmes électriques pour la climatisation, qui peuvent propager le bruit et les odeurs dans les quartiers et les zones périphériques. Des zones ombragées naturelles peuvent aussi servir à réduire la température, et en plus, elles sont moins coûteuses et ont moins d’effet sur l’environnement.

Les zones ombragées naturelles peuvent aussi améliorer la qualité de l’air dans les villes. Des arbres et des plantes produisent de l’oxygène, une fois qu’ils sont en bonne santé. Les feuilles découvrent la lumière et transforment le CO2 en oxygène. L’histoire de la ville de Toulouse, en France, est un bon exemple. Ce paysage urbain a été transformé du tout au tout grâce à la plantation d’arbres et de plantes dans les espaces vides, qui sont devenus des zones ombragées naturelles.

Ombre artificielle pour améliorer la qualité de l’air en ville

Les espaces ombragés artificiels peuvent être utiles pour améliorer la qualité de l’air en zone urbaine. Un exemple est une zone ombragée artificielle utilisant des panneaux solaires. Les panneaux solaires peuvent produire de l’énergie de lumière dans la journée, et leur chaleur est utilisée pour produire de l’eau chaude. Cette eau chaude peut être utilisée pour éclairer un espace ombragé artificiel.

Cela réduit la quantité d’énergie utilisée pour produire de l’électricité. En plus, l’eau chaude peut être utilisée pour chauffer des bâtiments, ce qui réduit l’utilisation des énergies fossiles.

Les avantages des murs végétalisés

mur végétalisé
mur végétalisé

Les murs végétalisés utilisent les mêmes processus naturels que les murs verts, mais ils sont plus grands. Ils servent à créer des zones ombragées artificielles pour améliorer la qualité de l’air.

Ils peuvent être utilisés pour créer une zone ombragée artificielle où un arbre ou un bosquet ne peut pas être planté. Leur utilisation peut être très utile à l’intérieur des villes, là où les espaces verts sont rares.

D’autre part, d’un point de vu esthétique, les végétaux choisis donnent un aspect plus naturel. En effet, le mur ou le mobilier urbain en général, devient plus naturel.

Un espace propice à la pollinisation

Ces murs et ces espaces permettent à la faune, principalement aux insectes, de reprendre possession des lieux.

Ils sont très utiles pour promouvoir la pollinisation des plantes cultivées.

Les murs végétalisés peuvent aussi servir de terrains de chasse, de lieu de reproduction ou de refuge pour les insectes. Les insectes pourront œuvrer à leur tâches et contribuer à retrouver un équilibre écologique dans nos cités.

Un énorme potentiel pour l’économie

Les murs végétalisés sont d’autant plus intéressants qu’ils ont un énorme potentiel pour l’économie. En effet, ils apportent de la fraicheur et un air dépollué. Aussi, vous n’aurez plus l’utilité d’un climatiseur couteux ni d’un purificateur d’air.

On applique ces solutions parallèlement à d’autres initiatives. Par exemple, de nombreuses villes créent des pistes cyclables ou favorisent la conception de maisons durables autonomes (MAD).

Quelles solutions pour combattre et se débarrasser des moustiques ?

À chaque retour de la chaleur, les moustiques prolifèrent et rendent la vie difficile. Ils constituent un véritable fléau pour l’homme. En plus de piquer, ils produisent aussi un bruit des plus énervants qui peut empêcher de dormir. Heureusement qu’il existe des solutions pour se débarrasser de ces insectes et profiter de son extérieur de manière optimale. On vous dit tout.

Se munir d’une raquette anti-moustique

raquette à insectes
Raquette à insectes


Encore appelée « tue mouche électrique », la raquette anti moustique est la meilleure alternative pour se débarrasser efficacement des moustiques. Il s’agit d’une arme efficace qui élimine ces vilaines bestioles par un simple contact. L’appareil est doté d’un condensateur qui emmagasine du courant électrique.

Lorsque vous appuyez sur l’interrupteur qui se trouve sur le manche, vous activez la grille qui libère une décharge électrique. Le courant passe par la grille métallique et vous permet de « smasher » le moustique en vol, d’un coup droit ou d’un revers. Une le moustique électrocuté, il tombe alors au sol, littéralement grillé.

Très simple à utiliser, la raquette anti moustique est une solution anti moustique non toxique, non nocive, technologique et non salissante. Vous n’aurez qu’à faire le tour de l’endroit où vous voulez vous installer avec cette arme redoutable pour passer des moments agréables. De plus, il s’agit d’une solution polyvalente.

En effet, la raquette à moustiques peut éliminer d’autres insectes volants nuisibles tels que mouches, moucherons ou guêpes. Selon le modèle choisi (modèles compacts ou pliables), cet équipement peut s’emmener partout. Certains modèles ont une autonomie de 1 mois.

Installer des pièges à moustiques

Le piège à moustique est un équipement qui fonctionne avec un ventilateur associé à des courants d’air chaud pour dessécher et éliminer les moustiques. Grâce à son mode de fonctionnement, vous avez la certitude de vous débarrasser de dizaines d’insectes chaque jour en les aspirant et en les faisant disparaître.

Cette solution sans produit chimique et très efficace protège non seulement des moustiques, mais également d’autres insectes comme le poisson d’argent. Avec les pièges à moustiques ! Fini les piqûres de moustiques responsables des maladies comme le paludisme. Vous pourrez ainsi apprécier de nouveau la beauté de votre jardin ou de votre intérieur.

Pour info, il est important de placer ces pièges à des endroits stratégiques pour venir à bout de tous les moustiques qui prolifèrent votre habitation.

Adopter des huiles essentielles pour lutter contre les moustiques

anti moustique aux huiles essentielles
anti moustique aux huiles essentielles



Les huiles essentielles constituent également une technique très appréciée pour se débarrasser des nuisibles. Vous pouvez opter par exemple pour :

  • L’huile essentielle de géranium ;
  • L’huile essentielle de citronnelle ;
  • L’huile essentielle d’eucalyptus.

Il faut dire que ces huiles essentielles suscitées possèdent des actions répulsives contre les moustiques. Si leur parfum est très agréable à respirer pour les hommes, il ne l’est pas pour les moustiques. Elles ont également des propriétés anti-inflammatoires qui protègent contre les piqûres de ces insectes.

N’hésitez pas à adopter des insecticides naturels pour la tranquillité de votre famille.

Utiliser les spirales et les sticks anti-moustique

Les spirales et les sticks anti-moustique sont des solutions parfaites qui vous permettront de jouer avec vos enfants dans le jardin ou simplement de lire en étant bien protégé des moustiques. Ces dispositifs diffusent du pyréthrinoïde à basse toxicité et vous offrent plusieurs heures de sérénité. Soyez sans crainte ! Le produit dégagé est sans risque pour les enfants et les animaux de compagnie.

Pour une meilleure efficacité des spirales et sticks, évitez de les diffuser dans des zones humides et des endroits où de l’eau stagnante est présente. Évitez également les points où les moustiques peuvent se protéger de l’action du produit.

Comment les villes vélo-compatibilité deviendront toutes vertes

Un nombre croissant de villes dans le monde se tournent vers la vélocité comme moyen efficace d’améliorer l’expérience de la mobilité urbaine. Le concept est simple : le cyclisme est bon pour l’environnement, bon pour les finances et bon pour les habitants. Mais que se passe-t-il lorsque les villes d’aujourd’hui deviennent les villes du cycliste de demain? Les politiques de transport urbain vont-elles supporter la vélocité?

Cyclistes en pleine ville
Cyclistes en pleine ville

Nous avons demandé à l’architecte et urbaniste Samira Tawfik, qui travaille au bureau d’études Urbanautica, de nous décrire le futur de la ville adaptée aux cyclistes. Voici ce qu’elle a répondu:

“Pour bien comprendre le futur des villes vélo-compatibles, il faut d’abord regarder en arrière. Il y a seulement quelques décennies, les villes ne répondaient à aucune norme. On construisait où il fallait et on allait là où on devait. Les voitures roulaient dans les rues, et les piétons marchaient dans les rues, tous en même temps. C’était la jungle urbaine, avec une piste cyclable ici et là.

Mais en fait, des villes ont commencé à changer. Les gens avaient besoin de plus d’espace pour circuler, et les vélos ont été relégués aux trottoirs. Peu à peu, la plupart des villes ont adopté une politique d’aménagement qui permettrait aux vélos et aux voitures de coexister. Les voies cyclables sont devenues plus larges pour accueillir les cycles, et les règles de circulation pour les piétons se sont assouplies. Les vélos ne sont pas entièrement exclus de la circulation maintenant, mais ils doivent rester sur les voies cyclables ou sur le trottoir.

1. Les villes vélo-compatibilité

Ces villes sont celles qui ont continué à évoluer depuis. Les rues sont toujours réservées aux véhicules, mais il est devenu plus facile pour les cyclistes de ne pas utiliser les voies cyclables et de circuler en toute sécurité, sur la route.

En fait, les villes vélo-compatibles ont commencé à apparaître lorsque la technologie a rendu possible une nouvelle manière de se déplacer. Un nouveau type de vélo a été créé:

2. Les avantages des vélos

Les vélos urbains ont un certain nombre d’avantages. Ils ne polluent pas et ne font pas de bruit. Leur utilisation est écologiquement responsable. Leur utilisation est bonne pour la santé, car ils permettent à ceux qui les utilisent de se maintenir en forme. Les vélos urbains peuvent réduire le nombre de voitures sur les routes et ainsi aider à réduire les embouteillages. Ils peuvent aussi être des moyens d’améliorer la qualité de vie dans les villes.

Les vélo ont su s’adapter aux besoins de tous. L’apparition des vélo cargo porteurs par exemple est significatif.

Ils répondent aux besoins des professionnels de la messagerie mais aussi des familles.

Pratiquer le vélo pour se déplacer est économique. On en prend conscience encore plus aujourd’hui avec le prix du carburant qui augmente. Le pouvoir d’achat est la préoccupation principale des français.

3. Les défis à relever

Les vélos urbains ont des défis à relever. Ils doivent être accessibles pour tous les types de personnes. Différents types de vélos doivent être disponibles pour répondre aux besoins de différents groupes de la population. Des pistes cyclables sécuritaires devraient être développées et aménagées. Elles devraient être en bon état afin qu’elles puissent être utilisés par tous les utilisateurs de vélos, qu’ils soient d’un niveau social élevé ou faible. Des itinéraires cyclables sécuritaires devraient être créés dans les quartiers résidentiels et dans les zones commerciales. Les vélos urbains ont aussi besoin de plus d’aménagements pour la sécurité et le confort. Ils ont besoin de piste à grande vitesse, de feux de signalisation adaptés à eux, de trottoirs plus sûrs pour qu’ils puissent se déplacer en toute sécurité, d’espaces de stationnement.

4. Comment encourager les villes à devenir vélo-compatibles?

Il y a plusieurs façons pour les villes de devenir vélo-compatibles. Les politiques municipales peuvent encourager le transport actif et encourager les habitants à utiliser les vélos à l’aide d’incitatifs (ex: crédits d’impôts, abattement fiscaux, subventions, etc.). Les villes peuvent aussi utiliser les ressources publiques pour construire des infrastructures cyclables à un coût abordable afin que tous les types de personnes puissent en profiter. Les villes peuvent aussi encourager le transport actif dans les écoles et d’autres endroits où les jeunes sont les plus vulnérables. Cela peut être fait en remplaçant l’activité physique de faible intensité par des activités sportives, en mettant en place des programmes d’éducation physique, et en utilisant des moyens d’information afin que les jeunes sachent qu’utiliser un vélo pour se rendre à l’école est une option viable.

5. Les solutions proposées par les villes peuvent-elles être appliquées partout?

Non. Les solutions proposées par les villes peuvent varier d’une ville à l’autre. Cela dépend de la croissance de la ville, du nombre de cyclistes, et des habitudes des habitants. Cependant, les moyens d’encourager le transport actif doivent toujours être mis en place selon les besoins de la population locale et en fonction des ressources disponibles.

Le composteur de déchet, nouvel outil au service des éco-citoyens

D’après le rapport annuel de l’Agence française de l’environnement et du développement durable, la France produit chaque année en moyenne 2 800 kilos de déchets par an et par habitant. Le composteur permet d’intervenir sur ce point particulier en recyclant les déchets organiques. Il est ainsi, à travers l’utilisation d’un récipient et d’un système pour l’imprégner, un outil qui permet de diminuer les quantités de déchets.

un composteur dans le jardin
Composteur

Le compostage est une opération naturelle qui permet de transformer les déchets en matière fertilisante. Cette dernière est utilisée pour fertiliser les sols et ainsi réduire leur consommation d’engrais chimiques. Le compostage doit donc être pratiqué à proximité des cultures, souvent sur un terrain cultivé.

Le compostage est une technique de valorisation des déchets organiques. Il permet de transformer des déchets qui ne sont pas valorisables en un engrais de qualité qui vient alimenter les terres.

1. Le composteur de déchet

Le composteur de déchet est un système d’aménagement, équipé d’un récipient, dans lequel sont mis les déchets organiques. Ce récipient est ensuite imprégné de matière végétale et de micromolécules d’eau afin de former la composte. Les déchets organiques : feuilles mortes, déchets de cuisine, restes de fruits et légumes, tout type de déchets verts, vont se décomposer progressivement grâce à la présence d’eau et de microbes.

La décomposition est un processus naturel qui permet de transformer l’aliment en éléments nutritifs assimilables par les plantes. La composition du compost est donc constituée de déchets organiques transformés en engrais organique.

Achetez du lombricompost afin de favoriser la décomposition et l’aération des déchets.

Le bac à compost

Le bac à compost est un système d’aménagement composé d’un récipient muni d’une trappe et d’un couvercle. Le récipient et le couvercle sont fabriqués en matériaux non toxiques, non inflammables et résistants aux insectes . Le récipient peut être de différentes tailles et de différents types : en plastique, en métal ou en bambou.

Le matériel à compost utilisé dans ce type d’installation est constitué de déchets organiques, d’engrais et de matière végétale. La composition du bac à compost est donc constituée de déchets organiques transformés en engrais organique.

2. Un outil au service de la planète

Le compostage des déchets organiques permet de réduire la quantité de déchets qui sont éliminés et de diminuer l’utilisation d’engrais chimiques. D’après le Ministère de l’Écologie, l’agriculture biologique, conjuguée au compostage, permettrait de réduire de 20% à 40% les émissions de gaz à effet de serre en 2020 par rapport à 1990.

Le compostage est également un moyen d’économiser l’eau et les engrais utilisés dans l’agriculture conventionnelle.

Cette manipulation des déchets organiques permet également de réduire les problèmes de pollution liés à l’élimination des ordures ménagères. De plus, le compostage est un moyen permettant de valoriser les déchets organiques pour en faire des engrais agricoles.

3. Le compost comme outil de jardinage

Le composte pour le jardinage
Le composte pour le jardinage

Le jardinier peut produire lui-même son compost dans son jardin ou dans sa cour. Il peut également acheter du compost en vrac, produit par des entreprises spécialisées dans la gestion des déchets organiques. Le compost peut être acheté à l’unité ou commandé en grandes quantités selon les besoins de l’utilisateur.

4. Utiliser le compost pour les plantes

Le compost est un moyen efficace pour améliorer la terre du jardin et favoriser la pousse des plantes. Le compost se compose de fragments de terre, d’eau et de déchets organiques. Il permet donc d’améliorer la structure du sol et d’enrichir les sols en éléments nutritifs.

Le compost est un engrais de type léger qui est facilement assimilé par les plantes. Il permet ainsi d’améliorer le taux de pousse des plantes sans augmenter les besoins en eau tout en limitant les problèmes liés à l’emploi d’engrais chimiques.

5. Le composteur fabrique du fertilisant

Le compost peut être utilisé comme fertilisant bio dans les jardins. Il peut être utilisé à l’intérieur, avec les fleurs et les plantes, mais également à l’extérieur dans le jardin pour enrichir la terre et favoriser la pousse des plantes.

Le compost est un engrais de type léger qui va permettre d’améliorer le taux de pousse des plantes en limitant les problèmes liés à l’engrais chimique. Il permet ainsi d’augmenter le rendement des plantes sans augmenter les besoins en eau.

AGIIR, un outil de reconnaissance et de lutte contre les insectes ravageurs

les chenilles ravagent les cultures
Chenille qui dévore une feuille

La lutte contre les insectes ravageurs est toujours une préoccupation majeure dans l’agriculture. Les chercheurs ont mis au points une solution technologique appelée AGIIR. Une solution neutre écologiquement contrairement à celles connues jusqu’à présent.

Les Agriculteurs utilisent les insecticides pour éliminer ces nuisibles. Mais ils posent de nombreux problèmes, notamment environnementaux.

En effet, les insecticides sont souvent toxiques pour l’homme et pour l’environnement. Dans le domaine de l’agriculture, on utilise souvent les insecticides pour éliminer les insectes ravageurs.

Cependant, ils posent de nombreux problèmes, notamment environnementaux. Il est aussi difficile d’identifier la cause de la mort d’un animal dans des cas précis.

Qu’est ce que AGIIR?

Grâce à un système d’identification automatique, c’est-à-dire une caméra ultrasensible et à un algorithme de reconnaissance appliqués à l’image vidéo, des chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de l’Institut de recherche en informatique et en automatique (Inria) ont développé un outil de reconnaissance des insectes ravageurs, capable d’identifier avec une grande précision les adultes à partir d’une vidéo.

Cet outil a été conçu pour être utilisé dans les fermes afin de permettre aux agriculteurs de mieux lutter contre les insectes ravageurs.

Il pourrait également être utilisé dans le cadre de recherches sur les insectes ravageurs et leurs environnements.

Dans quel but utiliser cet outil?

Les chercheurs ont utilisé le système d’identification pour identifier des adultes d’un papillon ravageur :

  • la tordeuse du chardon (Choristoneura fumiferana).

Le système d’identification est capable de distinguer les différentes espèces de papillons ravageurs, ainsi que les différentes périodes de vie.

Il peut donc, en plus de gérer la reconnaissance des insectes ravageurs, identifier la maturité des plantes et leur stade de développement.

Comment fonctionne AGIIR?

Ce système d’identification s’appuie sur la technologie de l’apprentissage automatique (machine learning).

L’étape initiale consiste à collecter des données : des images d’insectes ravageurs prises par des caméras de surveillance et des images de plantes prises par des appareils photo.

L’algorithme développé par les chercheurs du CNRS et de l’Université de Montréal (Québec) permet d’identifier des images de papillons ravageurs à partir des données capturées par les caméras de surveillance.

Au cours de la phase suivante, les chercheurs ont utilisé les images prises par les appareils photos pour identifier les différents stades du développement des plantes.

L’outil obtient des résultats comparables à ceux obtenus par des experts humains. Cette étude de cas illustre l’utilisation d’un algorithme d’apprentissage pour le diagnostic des plantes.

Cet algorithme permet de repérer automatiquement les insectes ravageurs sur les images prises par les caméras de surveillance. L’identification d’un insecte ravageur contribue à un diagnostic précis de l’état de santé des plantes.

L’algorithme d’apprentissage automatique a permis aux chercheurs de développer une méthode d’identification des différents stades de développement des plantes.

Il peut ainsi être utilisé pour identifier les différents stades du développement des plantes et ainsi permettre une aide à la décision de lutte anti-pucerons.

Quels sont les résultats d’AGIIR?

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont utilisé des images prises par les caméras de surveillance, équipées de capteurs d’images thermiques infrarouges (CCD) ou couleur (CMOS). Nous utilisons dans un premier temps, les images thermiques infrarouges pour repérer les insectes.

Ensuite, les chercheurs utilisent les images couleur pour identifier les pucerons dans les images thermiques infrarouges.

« Les résultats obtenus montrent que l’analyse des images couleur permet une identification automatique des pucerons sur des images thermiques infrarouges », ont-ils déclaré.

L’étude montre la capacité de l’algorithme à repérer automatiquement les insectes ravageurs sur des images thermiques infrarouges.

Elle a aussi démontré la capacité de l’algorithme à identifier automatiquement une plante au moyen d’images couleur.

Nos résultats montrent que les images thermiques infrarouges sont un outil très prometteur pour une identification automatique des insectes ravageurs sur les cultures de maïs, de soja et de blé.

Nous devrions améliorer cette technique afin d’être utilisée de manière prévisionnelle pour un suivi du développement des insectes ravageurs.

Yves Tarte

les néo-ruraux, cette classe sociale en pleine expansion

La société française connait actuellement des bouleversements sans précédents avec le phénomène des néo ruraux.

Bien que la population rurale diminue d’année en année, il existe de nombreuses communes rurales en France où la population augmente, où les gens achètent et construisent de nouvelles maisons et changent de vie.

âysage rural
la vie à la campagne

1. Qui sont les néo-ruraux?

Le néo-rural est un terme qui désigne une personne qui a déménagé et vit désormais à la campagne, mais dans une communauté urbaine. Les néo-ruraux ont tendance à être des personnes qui ont un revenu modeste ou intermédiaire et qui ont au moins un enfant à charge. Ce sont des personnes qui ont dû déménager par nécessité (emploi, prix de l’immobilier urbain, etc.) ou par choix, car ils craignent une pollution croissante et l’appauvrissement des ressources naturelles.

Les néo-ruraux sont de deux types:

Les néo-ruraux par choix

Il s’agit de personnes qui ont décidé de vivre à la campagne pour échapper aux problèmes de la ville. Ces personnes a iment la nature et veulent vivre dans un milieu sain. Elles ont tendance à prendre leur retraite ou à faire une pause dans leurs études supérieures en vivant dans la campagne.

Les néo-ruraux par nécessité

Ceux-ci sont des personnes qui ont été contraints de déménager à la campagne à cause de la hausse des prix de l’immobilier urbain. Ils gagnent un revenu modeste et doivent donc vivre dans une maison moins coûteuse, plus petite et moins confortable. En outre, ils sont souvent obligés de prendre leur retraite à la campagne pour des raisons financières.

2. Les raisons de l’attrait pour le néo-rural

Il y a plusieurs raisons qui poussent de nombreuses personnes à déménager à la campagne.

Les tarifs de l’immobilier

Le prix de l’immobilier est très élevé dans les grandes villes et les prix ne cessent d’augmenter depuis des décennies. De plus, l’immobilier dans les grandes villes ne cesse d’augmenter les coûts de logement.

Les résidents de la ville ont donc de plus en plus de mal à acheter une maison et les locataires doivent payer des loyers très élevés.

Il y a beaucoup de problèmes de la ville.

Les gens qui déménagent à la campagne ne veulent pas s’occuper des problèmes urbains. Les problèmes urbains comme l’insécurité, le bruit, lapollution, les embouteillages, la pollution de l’air, la pauvreté et le manque de services sont très lassants.

Les sentiments de pression et d’insécurité

Parmi ces problèmes urbains, l’insécurité est une des préoccupations principales des résidents de la ville. Les gens qui habitent dans la ville ont toujours peur d’être attaqués par des criminels. Dans les grandes villes, il y a beaucoup de crimes violents tels que le vol à main armée, les vols de voitures, les agressions et les meurtres (des crimes violents). Les gens de la ville aiment s’installer dans les zones rurales pour se sentir en sécurité.

L’aspect économique

La plupart des résidents urbains ont besoin d’un logement bon marché, car ils ne peuvent pas payer une grande maison dans la ville. Les personnes qui veulent acheter un gros appartement doivent payer des loyers très élevés.

De plus, les loyers ne cessent d’augmenter chaque année. Les gens qui déménagent à la campagne ne veulent pas payer des loyers.

La raison principale pour laquelle les gens quittent les villes est d’obtenir un logement bon marché. Les résidents urbains veulent vivre dans les villes à cause de l’emploi et de la culture.

Les prix des maisons à la campagne sont moins coûteux et les gens peuvent avoir de petites maisons. Les citadins peuvent aussi avoir une grande famille et ils peuvent donner à leurs enfants un bon enseignement.

Les habitants dans les grandes villes trouvent des emplois facilement. Les gens qui travaillent dans les grandes villes peuvent vivre dans de grandes maisons et avoir beaucoup d’argent.

Les néo ruraux recherchent un confort de vie

Les résidents urbains sont attirés par les centres commerciaux, les théâtres et les parcs. Ils peuvent avoir des divertissements gratuits dans la ville.

Les gens préfèrent vivre dans les grandes villes, car ils peuvent trouver un emploi plus facilement et ils peuvent se divertir en étant à la ville.

Par contre, les personnes qui aiment le calme vont habiter dans les zones rurales. Les gens de la campagne n’ont pas besoin de beaucoup d’argent pour vivre.

Ils peuvent aussi vivre plus près de la nature et faire du bricolage. Ils peuvent avoir des activités gratuites comme le jardinage, la pêche et la marche. Les gens qui habitent dans des petits villages ont l’habitude de se connaître tous.

Ils ont aussi l’habitude de se rendre visite et de se parler. Les gens qui habitent dans les grandes villes ne sont pas habitués à connaître les autres.

3. Où vivent les néo ruraux?

Les néo-ruraux sont des citadins qui s’installent dans les campagnes avec leurs enfants, lorsque leurs enfants ont entre 18 et 35 ans.

Le néo rural ne fait pas partie des « rurbanisés » de plus de 35 ans qui sont retournés à la campagne, mais plutôt un « rurbain » qui, après avoir vécu dans les villes, s’est installé dans des campagnes.

Ces néo ruraux essaient de vivre une vie plus simple et plus saine, sans pour autant être dans la misère. Ils peuvent être de toutes les classes sociales. Ils sont souvent des cadres, des ingénieurs, des artistes, des enseignants ou des médecins.

Les néo ruraux ne restent pas toujours à la campagne. Ils reviennent parfois à la ville pour se rapprocher du travail ou pour se rapprocher d’amis, ou encore pour des raisons familiales.

Définir le village des néo ruraux

En France, la plupart des villages sont des municipalités. Un village est un lieu de travail et de vie qui fait partie d’une municipalité. Un village peut être un lieu dit dans une grande municipalité ou même un quartier dans une ville.

Les villages sont difficiles à définir parce que leurs limites varient selon l’endroit où l’on est en France. Par exemple, à l’intérieur d’une municipalité, un village peut être défini comme un lieu où il y a une école primaire et des commerces.

Ou encore, un village peut être défini par la présence d’un marché hebdomadaire, le fait qu’il y ait un maire ou une église ou encore que les habitants soient considérés comme des habitants du village.

Les villages sont des lieux difficiles pour les jeunes actifs qui cherchent un emploi. Les jeunes actifs qui cherchent un emploi sont nombreux à vouloir quitter la campagne et à vouloir aller dans des villes où il y a plus de possibilités d’emploi.

Parfois, les villages sont associés aux problèmes de chômage, de délinquance et de précarité. Les villages peuvent aussi être un lieu pour une vie plus simple. Pour certains, ils représentent une communauté solidaire et soudée.

4. Une vie plus en accord avec ses valeurs pour les néo ruraux

cultiver pour soit
cultiver

On a l’impression que les néo-ruraux sont de plus en plus nombreux et avec le temps ils deviennent même plus présents dans les médias.

Pour quelles raisons les néo ruraux se développent?

Les métropoles françaises se transforment. Le taux d’urbanisation se stabilise et la population tend à s’agglomérer dans des zones où il fait bon vivre.

Les villes deviennent également de plus en plus chères. C’est peut-être pour cette raison que les villes deviennent moins attractives que les villages.

Un phénomène de néo-ruralisation est en marche. Les métropoles ne sont plus aussi attrayantes qu’auparavant.

La vie en ville est devenue très difficile pour certains. Pour d’autres, les villes ne sont plus aussi attractives qu’auparavant. Les contraintes liées à la vie en ville deviennent trop importantes, et les néo-ruraux veulent se rapprocher de leurs racines.

Les néo-ruraux sont de plus en plus nombreux en France. Ils veulent mettre un terme à la routine de la vie citadine et se rapprocher de leurs racines.

Mais ce phénomène ne se limite pas qu’à la France. En Allemagne, en Grande-Bretagne, en Espagne ou encore aux Etats-Unis, ils sont également nombreux à vouloir se rapprocher des campagnes et du « grand-air ».

Comment cela se passe dans les autres pays?

Toutefois, le phénomène de néo-ruralisation n’est pas le même en France qu’en Espagne ou en Allemagne. En effet, la France est une démocratie.

Le régime politique français est multipartite et les élections ont lieu tous les cinq ans. C’est ainsi que l’écart entre les électeurs et les élus augmente.

Pourtant, des mesures pour faciliter le retour à la vie rurale sont prises par les pouvoirs publics.

Un exemple récent fut la loi sur la transition énergétique adoptée en 2015 par le gouvernement français.

Cette loi encourage les personnes souhaitant s’installer dans une maison individuelle à l’écart de toute activité humaine, ceci afin de diminuer les gaz à effet de serre.

La néo-ruralisation chez nos voisins Européens

Les personnes qui décident de vivre à la campagne sont plus nombreuses en Allemagne et en Espagne.

En Allemagne, la population rurale a augmenté de 1,5% entre 2010 et 2015. Cette augmentation s’explique par la demande de la part des jeunes de vivre dans un environnement plus calme et plus proche de la nature.

En Espagne, le taux d’urbanisation a diminué ces vingt dernières années, passant de 88% en 2005 à 85% en 2016. Cette baisse est corrélée à l’augmentation du nombre de personnes qui souhaitent vivre en milieu rural.

Cette tendance est particulièrement marquée dans la région de La Rioja. L’explication est à chercher dans la volonté des jeunes d’aller à la campagne et dans le fait que les ruraux sont plus nombreux à obtenir un diplôme universitaire.

Que recherchent les néo ruraux?

À la recherche de la campagne, les néo-ruraux cherchent des maisons au cœur de l’environnement naturel.

La majorité d’entre eux rêvent d’une maison composée d’une cuisine ouverte sur le salon et donnant sur une véranda. Les propriétaires dans ce cas ont tendance à racheter des maisons existantes plutôt que de construire à la campagne.

La recherche d’un environnement calme est une des motivations principales des ruraux qui choisissent de vivre dans un milieu rural. Le deuxième critère le plus important est l’air pur. Les ruraux souhaitent également que leur maison soit isolée du bruit et qu’elle soit facile d’accès.

Ces nouveaux ruraux sont motivés par la volonté de vivre dans un lieu plus proche de la nature. La majorité préfère une maison en bois plutôt qu’en béton.

Le choix du mode de vie rural

La population rurale diminue depuis des décennies.

Ce phénomène s’explique en partie par la volonté des jeunes de rester dans les villes à cause de la diversité des possibilités qui s’y présentent et de l’ambiance festive. Les « néo-ruraux » rêvent de s’installer en campagne et d’avoir une maison bioclimatique avec une façade en bois. Ces nouveaux ruraux veulent une maison qui soit conforme à leur mode de vie.

Les néo ruraux aspirent à l’autonomie et à cultiver pour eux même. Dans ce but ils apprennent des nouvelles compétences ou des nouveaux métiers issus de la terre.

Qu’elles sont les répercutions autour des néo ruraux?

Des programmes de construction de maisons bioclimatiques

Maison autonome durable

Le gouvernement du Quebec s’est intéressé à la construction de maisons bioclimatiques, car il a compris que la réduction des émissions de gaz à effet de serre en milieu rural pouvait être facilitée par la construction de maisons avec des éléments bioclimatiques ou en matériaux naturels.

Pour répondre aux besoins de sa clientèle, le constructeur Cascina delle Rose a créé 2 programmes de maisons bioclimatiques :

Le programme Bioclimatico « associa » des éléments bioclimatiques et des matériaux naturels pour construire une maison qui soit conforme à l’ambiance et aux conditions climatiques locales. De plus, cette maison utilise les énergies renouvelables (solaire pour l’eau chaude sanitaire, panneaux photovoltaïques).

Le programme Bioclimatico « solare » utilise exclusivement des matériaux naturels et des éléments bioclimatiques pour construire une maison qui permet d’optimiser le confort et la performance énergétique. De plus, cette maison utilise les énergies renouvelables (solaire pour l’eau chaude sanitaire, panneaux photovoltaïques).

Conclusion

Que ce soit pour un choix de vie ou par nécessité, cette tendance a des répercutions inattendu sur le développement ou plutôt le redéveloppement de nos campagnes.